twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Polémique sur l’attribution de la licence 4e génération : Orange, Tigo et Expresso mettent le téléphone du Dg de l’Artp en mode silence

jeudi 21 janvier 2016

Les réactions des opérateurs de téléphonie mobile n’ont pas tardé, après la sortie du Directeur général de l’Artp, Abdou Karim Sall. Si Orange a sorti un communiqué pour donner les raisons de son boycott, d’autres acteurs sont entrés dans la danse pour dénoncer les manœuvres cavalières du Dg de l’Artp par rapport à l’exploitation de la licence 4G.

La 4G divise déjà opérateurs de téléphonie mobile et le Directeur général de l’Artp. Et le flou persiste toujours sur le réseau. Puisqu’après la sortie de Abdou Karim Sall, Dg de l’Autorité de régulation des postes et télécommunications, accusant Tigo, Orange et Expresso d’entente illicite et de violation du Code des marchés publics, la Sonatel n’a pas tardé à répliquer vigoureusement. Et c’est Abdou Karim Mbengue, Directeur de la communication et des relations extérieures, qui ne met pas de gants pour étouffer dans l’œuf les accusations du Dg de l’Artp. A Orange, l’on n’y va pas avec le dos de la cuillère. « Sonatel a décidé de ne pas déposer d’offres, compte tenu des conditions qui ne permettent pas de créer de la valeur pour l’entreprise et l’ensemble des parties prenantes, au vu du benchmark effectué », lit-on dans le premier paragraphe du communiqué envoyé à L’Obs.

Parmi ces conditions non remplies évoquées par la Sonatel, le prix de vente de la licence 4G pointe en première ligne. Et la justification du refus de la Sonatel s’y accorde. Jugeant la somme demandée faramineuse, la Société sénégalaise, filiale de France Télécom, convoque l’exemple du Maroc ou même de la Guinée-Bissau, pour expliquer ce qui, selon les cadres de la Sonatel, est une « nébuleuse ». Toutes choses qui font dire à Abdou Karim Mbengue : « A titre d’exemple, au Maroc, 2 des 3 opérateurs ont payé l’équivalent de 30 milliards de FCfa, alors que ce pays est 2,5 fois plus peuplé que le Sénégal et 3,5 fois plus riche. Sous ce rapport, le prix total des licences 4G au Sénégal serait évalué autour de 14,5 milliards de FCfa. De même, en Guinée-Bissau, le groupe Sonatel, par le biais de sa filiale Orange Bissau, a pu acquérir les licences 3G et 4G pour un montant de 2 milliards de FCfa, au mois de décembre dernier. »

Seulement, la polémique qui enfle sur la licence 4G ne laisse pas de marbre les organisateurs de consommateurs. Momar Ndao, président de l’Association des consommateurs sénégalais (Ascosen), rue dans les brancards contre l’attitude des opérateurs de téléphonie mobile. Joint au téléphone, il ne se fait pas de sang d’encre pour marteler son choix. « C’est regrettable. Je pense que le développement de la technologie 4G par le Sénégal est en train d’être retardé par les agissements des opérateurs nationaux », déplore-t-il. Par ailleurs, il condamne l’attitude des opérateurs de téléphonie mobile de n’avoir pas déposé, même s’ils ne sont pas d’accord avec le montant. Une attitude que le président de l’Ascosen considère comme un frein à la technologie et occasionnant ainsi, une grosse perte pour le consommateur sénégalais qui devait pouvoir compenser le retard de notre pays, grâce aux Techniques de l’information et de la communication (Tics). En outre, Momar Ndao exhorte l’Artp et l’Etat à « sévir et à prendre leurs responsabilités et les dispositions requises pour régler cette situation et ainsi défendre les intérêts supérieurs du Sénégal et des consommateurs ». Le président de l’Ascosen ne manque pas non plus de jeter une grosse pierre dans le jardin des opérateurs de téléphonie mobile. « Ils doivent avoir plus de respect et de considération envers les consommateurs, sinon ils risquent de perdre leur clientèle en faveur des internationaux », précise-t-il. Déjà, des informations annonçant l’intérêt d’opérateurs suisses pour l’exploitation de la licence 4G commencent à inonder le paysage médiatique sénégalais. Une information accueillie comme une aubaine par Momar Ndao. « La présence des Suisses sera à l’avantage du peuple sénégalais et ne causera point de dysfonctionnement des réseaux des autres opérateurs déjà sur place. » Lui vote déjà pour un opérateur étranger… Les opérateurs locaux de téléphonie apprécieront.

Pour rappel, le directeur de l’Artp avait déclaré lundi que « le prix de 30 milliards de FCfa tient compte de la qualité et de la quantité des bandes de fréquences proposées ». Mis sur le banc des accusés, les autres opérateurs de téléphonie mobile nationaux, en l’occurrence Tigo, Expresso et Sonatel n’entendent point céder à la tentation de « manquer de respect aux valeurs d’éthique et de transparence ». Même du lot des exclus du prochain appel, à la suite de leur refus de déposer leur dossier de candidature pour disposer de la 4G, la Sonatel réaffirme, dans le communiqué rendu public, « son fort intérêt pour la technologie 4G et sa volonté de la développer au plus vite au Sénégal », si bien sûr, le Dg de l’Artp veut l’accepter…

A Tigo et Expresso, personne n’a accepté de s’avancer sur le sujet qui tient en haleine l’opinion. L’on a tenté de joindre des responsables de ces deux opérateurs de téléphonie, mais en vain. Toutes nos tentatives se sont heurtées à un mur de silence…dommage.

Ces attributs qui font le charme de la 4G

La 4G est une technologie révolutionnaire en matière de réseaux mobiles. Elle ouvre le très haut débit à l’échange de données sur Smartphone et sur tablette. Là où la 3G offre des vitesses de connexion maximum de 14 méga bits par seconde (Mbit/s), le débit proposé par la 4G peut aller jusqu’à 100 mégabits/seconde, soit un débit cinq fois supérieur à celui de la norme 3G+. Ces débits vont ouvrir l’ère au très haut débit mobile. L’intérêt de la 4G offre comme avantage un très haut débit mobile, essentiel dans l’utilisation optimale de services (navigation fluide, téléchargement rapide…). Par exemple, l’on peut facilement y télécharger et visionner un film de Morgan Freeman en un temps très court, ou y regarder un match complet de football entre le Real et le Barça en streaming. Et elle va également engendrer l’arrivée de nouveaux usages (visiophonie, cloud…). La 4G sera également source de plus de confort, en accélérant notablement les mises à jour des systèmes d’exploitation et des applications. Pour en profiter, il faut être équipé d’un appareil mobile compatible et avoir souscrit un forfait adapté. Ainsi, on pourra, depuis son téléphone, sa tablette ou son PC portable, se connecter sur Internet, avec la même capacité de réception et de transmission que sur un réseau ADSL ou Wifi. Voilà qui donne envie de changer de téléphone ou d’utiliser son PC partout….

A.Diouf

(Source : L’Observateur, 20 janvier 2016)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)