twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Plateforme eS@nté communautaire : Les Tic au service de la santé maternelle et infantile

lundi 19 avril 2010

Comment intégrer les technologies de l’information et de la communication dans le système sanitaire sénégalais et plus particulièrement dans le secteur de la santé maternelle et infantile ? Par la mise en place d’une plateforme eS@nté, ont répondu les spécialistes en conclave à Thiès.

Chercheurs, universitaires et techniciens de la santé réunis autour d’un projet dit ‘projet recherche-action-formation’ étaient en conclave samedi dans la cité du rail. Une rencontre qui s’est voulue un moment de réflexion et d’échange autour de la problématique de l’intégration des technologies de l’information et de la communication dans le système sanitaire sénégalais et plus particulièrement dans le secteur de la santé maternelle et infantile pour l’atteinte des Objectifs du millénaire en matière de santé. En effet, le projet est en train de mettre en place, en partenariat avec le ministère de la santé, les bases de développement d’une plateforme eS@nté comprise comme un système d’information sanitaire et médicale intégré et de télésanté. Laquelle plateforme devrait contribuer à l’amélioration des services de santé aux citoyens à travers l’introduction des Tic pour une meilleure atteinte des objectifs du millénaire, notamment dans le secteur de la santé maternelle et infantile.

Il devrait s’agir, avec ce projet coordonné par le professeur Claude Lishou, directeur du laboratoire de traitement de l’information de l’Ecole polytechnique de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, d’établir l’architecture du système de santé du Sénégal. Laquelle architecture devrait permettre de proposer des solutions technologiques pour la mise en œuvre d’une plateforme eS@nté communautaire, en exploitant le potentiel des standards ouverts avec une emphase sur la santé maternelle et infantile. De même, le projet se propose d’identifier les conditions pour l’institutionnalisation de l’informatique médicale dans le pays étant entendu que les indicateurs, pour ce projet, sont concomitants à ceux du ministère de la Santé en matière de santé de la reproduction et de lutte contre la morbidité maternelle et infantile.

La pertinence d’un tel projet réside, selon le document de synthèse qui a sanctionné les travaux de Thiès, en ce que des avantages réels semblent être liés à l’introduction des Tic dans les systèmes de santé. En effet, d’après le document de synthèse, l’amélioration de la collecte et de la diffusion des informations sur les patients et la performance des prestataires paraît être un élément fondamental pour améliorer la coordination des soins et la gouvernance des systèmes dans une optique de qualité. De plus, il est plus facile d’orienter les patients et de leur dispenser les soins appropriés si l’information les concernant est récente, précise et communiquée en temps utile. Surtout quand on sait que la gouvernance des systèmes et l’amélioration de la qualité des soins supposent qu’on dispose d’indicateurs, à jour, de la performance des prestataires.

Ce projet est d’autant pertinent qu’il n’y a pas encore un cadre de réflexion, encore moins une vision ni une stratégie nationale d’intégration des Tic dans la santé au Sénégal. Un pays où le système de santé est caractérisé par le nombre limité de personnel médical, et donc un développement significatif du personnel paramédical, notamment dans les zones les plus isolées et marginalisées. Ce personnel paramédical ne dispose pas de l’expertise nécessaire lui permettant de poser des actes médicaux appropriés. Or le contexte technologique semble permettre l’introduction de la télémédecine, à moindre coût et à faible besoin de maintenance.

La mise en place de ce projet est la suite logique des conclusions retenues des travaux d’experts sénégalais et ouest africains en mage de la conférence du réseau africain pour l’informatique médicale. Lesquelles conclusions avaient retenu l’importance de l’amélioration des systèmes d’information sanitaire, notamment dans les zones marginalisées du Sénégal, dans le but de contribuer au respect des droits des citoyens, en l’occurrence des femmes et des enfants pour l’accès à des soins de santé de qualité, tels que stipulés dans la charte africaine des droits humains.

Sidy Dieng

(Source : Wal Fadjri, 19 avril 2010)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)