twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Plan de développement économique - Des experts veulent faire de l’innovation numérique un levier de la croissance

samedi 26 juin 2010

Booster la croissance économique du Sénégal durant les 5 prochaines années par l’innovation numérique. Tel est l’objectif du plan de développement économique ’Sénégal numérique 2015’ qu’un groupe d’experts va lancer à Dakar le 5 Juillet prochain.

Faire de l’innovation numérique un levier de croissance économique. C’est ce que souhaitent réussir au Sénégal un groupe d’experts africains à travers le projet ’Sénégal Numérique 2015’. En conférence de presse hier à Dakar, Cheikh Seck, Directeur exécutif du Réseau international de développement de l’économie numérique (Riden), a exposé les trois enjeux de ce plan de développement de l’économie numérique. Ainsi, indique-t-il, ce programme, fort d’un portefeuille de 83 projets innovants, cherche à relancer, à court terme, l’activité économique et maintenir emplois et savoir-faire technologique sur l’ensemble du territoire, à investir dans les infrastructures productives et les technologies de demain pour profiter pleinement de la sortie de crise et à optimiser les leviers de croissance et de productivité offerts par ces industries à haute valeur ajoutée.

Le plan veut également développer un potentiel d’exportations supplémentaires grâce à des programmes sociétaux innovants. ’La disponibilité progressive des réseaux à haut et très haut débit sur l’ensemble des territoires, y compris les plus éloignés des centres urbains, favorise l’émergence de nouveaux services numériques basés sur les technologies de l’information et de la communication’, explique le Riden dans le document de presse remis aux journalistes. Ce plan qui repose sur quatre priorités vise, selon Seck, à permettre à tous les africains d’accéder aux réseaux et aux services numériques, de développer la production et l’offre de contenus numériques, d’accroître et de diversifier les usages et les services numériques dans les entreprises, les administrations, et chez les particuliers, et enfin de moderniser notre gouvernance de l’économie numérique.

Pour financer ces projets, le groupe d’actions qui a été mis en place pour assurer le pilotage et la coordination de l’ensemble des politiques publiques et privées dans le domaine du numérique afin de permettre à l’Afrique et particulièrement le Sénégal de rejoindre ainsi les autres grands pays qui ont tiré les leçons de la révolution numérique dans l’organisation de leur Etat, préconise la mise en place d’un Fonds d’investissement pour le développement de l’économie numérique et les industries à valeur ajoutée technologique (Fiden). Un fonds qui serait piloté par le gouvernement et cogéré par les différents acteurs publics et privés, en incluant les centres de recherche et de développement et les pôles de compétitivité pertinents. Et dans la vision des concepteurs du projet, il serait alimenté par une mise initiale, puis grâce aux économies réalisées par les programmes mis en place selon un business plan avec des retours sur investissement définis de manière concertée avec l’ensemble des acteurs privés et publics, selon des critères de succès élaborés en commun et mesurés chaque année. Ce fonds irait à 80 milliards de francs à l’investissement et 10 milliards au fonctionnement.

Ainsi, ces experts, pensent que la diffusion massive des technologies et services numériques, combinée à d’autres dynamiques en cours, tels la mondialisation des échanges, la dématérialisation des économies, la redistribution planétaire du marché de l’emploi, la déréglementation des marchés financiers, a un impact de plus en plus fort sur l’organisation et le fonctionnement même du modèle de développement socio-économique de l’Afrique et du monde. ’L’économie numérique (télécommunications, audiovisuel, logiciel, services informatiques, services en ligne) représente le secteur le plus dynamique de l’économie mondiale. Dans la plupart des pays développés, son taux de croissance est le double de celui de l’économie. Elle représente désormais plus de 25 % de la croissance mondiale. Elle en représentera 30 % avant 5 ans’, indiquent-ils dans leur document.

Mieux, considérant l’économie numérique comme le principal facteur de gain de compétitivité des économies développées et des économies en voie de développement, le Riden soutient que les investissements dans l’économie numérique sont identifiés comme les plus productifs, parce qu’ils accroissent la compétitivité de l’ensemble des autres secteurs de l’économie surtout dans l’éducation. ’Au Sénégal, cet investissement est 70 fois plus faible qu’aux États-Unis, et 30 fois plus faible que les pays d’Europe du Nord, au Japon ou en Corée. Un doublement des investissements dans l’économie numérique représenterait un point de croissance’, fait remarquer le Riden qui va procéder au lancement du plan de développement de l’économie numérique ’Sénégal numérique 2015’ le 5 Juillet prochain à Dakar.

Seyni Diop

(Source : Wal Fadjri, 26 juin 2010)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)