twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Plaintes et menaces de sanction de l’ARTP : Les consuméristes se trompent de combat

mardi 24 août 2010

Les Associations des consuméristes s’allient paradoxalement avec l’ARTP pour attaquer la Sonatel. Alors qu’elles se trompent de combat et sont restées silencieuses devant les souffrances des populations lors des délestages. Étrange !

Une guerre commerciale, juridique, financière et politique est en train de se jouer sans pitié contre la Sonatel. On savait que la venue de Global voice au Sénégal préfigurerait indubitablement des contentieux commerciaux dont l’enjeu est la conquête du très florissant marché en pleine expansion des télécommunications.

Mais, les évènements sont en train de prendre une tournure inquiétante avec les attaques sur plusieurs fronts pour dénoncer la grève de la Sonatel. les associations consuméristes ont décidé de porter plainte contre la Sonatel curieusement pour perturbation et privation des services de communication et télécommunication en estimant que la Sonatel a manqué de respect aux consommateurs en les prenant en otage, alors qu’ils n’ont rien à avoir avec leurs revendications. Me Massokhna Kane dit sans ambages que cette mise en off line du Sénégal par la Sonatel est « très grave ». Ce n’est pas la première fois que les associations consuméristes s’attaquent à la Sonatel. Pour protester contre la décision de l’état sénégalais d’augmenter à plus de 2% les coûts d’utilisation des télécommunications, les consuméristes avaient pris l’initiative de boycotter toutes les agences de télécommunications et les boutiques de la Sonatel. Pour protester contre une décision « unilatérale, péremptoire et sans aucune justification d’augmenter de plus de 2 % les coûts d’utilisation des télécommunications » de l’état. La RUTEL a atteint aujourd’hui 5%. Ils n’ont pas bronché.

Il faut cependant reconnaître que la démarche de ces organisations est tout simplement incohérente. c’est une attitude étrange et scandaleuse même si la méthode utilisée par les syndicalistes de la Sonatel est peut être contestable sur certains aspects. les responsables qui se sont autoproclamés, défenseurs des consuméristes, n’ont jamais bronché quand les Sénégalais ont été délestés de façon inadmissible par la Senelec. pourquoi ce silence ? ils étaient à la limite indifférente devant la souffrance des Sénégalais avant que d’autres régulateurs sociaux (imams) ne prennent en compte les revendications des populations étreintes par les coupures intempestives de l’électricité. La Senelec ne les intéresse pas. quid de l’hôpital général de Grand Yoff paralysé pendant plusieurs semaines par un bras de fer entre le Directeur général et la commission médicale réclamant son départ ? Privant des Sénégalais des soins dans une structure privée. Silence de cathédrale. Quid aussi de la grève des internes des hôpitaux ? Ce n’est pas leur dada.

La SONATEL n’est pas la bonne cible

Dans ce concert surprenant des récriminations et des condamnations des consuméristes, la voix contradictoire du professeur El hadji Niang (ligue des consommateurs) permet de repenser la problématique et de montrer que ses collègues se trompent carrément de cible. Il dit en utilisant une métaphore médicale que « la Sonatel est une société phare qui a eu à faire ses preuves dans ce pays. la Sonatel a été grièvement blessée dans cette affaire et qu’on ne peut pas la brader de la sorte. ils ont été poussés à bout, car à l’impossible nul n’est tenu.

Ce qui s’est passé avec le port autonome de Dakar, ne se répète pas sur la Sonatel et qu’on ne peut pas tout vendre dans ce pays ». Une attitude responsable et patriotique même s’il n’approuve pas la démarche qui consiste à prendre en otage les usagers. Paradoxalement, ses camarades ont occulté les vraies questions : quel est le contrat qui lie artp-Global voice ? Quel type de marché lie l’agence de régulation des télécommunications et postes (artp) à la société de télécommunications Global voice choisie comme nouvelle attributaire du contrôle du volume des appels internationaux entrants au Sénégal ? C’est une véritable nébuleuse même si selon les autorités de l’ARTP, c’est sur la base d’un contrat de partenariat public-privé que Global voice a été retenue pour contrôler les communications téléphoniques internationales entrant dans notre pays. Mais, ce type de contrat doit reposer sur un dossier d’appel à concurrence et un rapport d’opportunité envoyés à la Direction centrale des marchés publics. Jusqu’à présent aucun appel à concurrence ni attribution provisoire de ce contrat de partenariat n’ont été rendus publics par l’artp. une violation flagrante des dispositions du nouveau code des marchés publics (ncmp). Toujours l’omerta des associations. Les consuméristes, qui ont failli dans tout le processus, se trompent incontestablement de cible et de combat.

Car si la Sonatel a lésé les consommateurs, l’ARTP contribue quant à elle à renchérir le coût du téléphone par l’instauration de nouvelles taxes. Le professeur El Hadji Niang a compris parlant de l’artp : « c’est un facteur d’aliénation de la souveraineté nationale. Je suis d’ailleurs en train d’étudier la possibilité de poursuivre cet organe » qui n’a trouvé aucune issue à ce duel que de durcir le ton par l’annonce de sanctions pécuniaires. Cette agence qui s’est transformée en collecteur d’argent frais pour l’etat, devrait normalement ristourner les sommes aux usagers. Jean pierre Dieng indique que « le différend opposant la Sonatel à Global voice est juste une affaire d’opérateurs, de concurrents. les griefs portés par la Sonatel contre son concurrent ne sont pas pour l’heure prouvées ni démontrées ». Avec pour enjeu : la conquête du marché, en pleine expansion et prospère, des télécommunications. Et pour juge : l’artp également partie dans cette affaire parce qu’elle est le parrain de Global voice.

ARTP, juge et partie

Au siège de l’Artp, les dirigeants sont en train très clairement de réfléchir sur les sanctions contre la Sonatel après les plaintes des impénitents hâbleurs regroupés au sein

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)