twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Piratage du secteur audiovisuel : Les éditeurs ne gagnent que moins de 30% du marché

mercredi 1er février 2017

Le groupe Canalplus renseigne dans une note d’alerte que le piratage subi par les éditeurs de programmes audiovisuels au Sénégal est estimé à ‘’plus de 70% du marché’’.

Les cablo distributeurs (distribution par câble) sont considérés comme les principaux pirates des chaînes de Canal +, de beIN SPORT, entre autres éditeurs. Ces faits délictuels créent un véritable manque à gagner à ces groupes de télévision. Sur un échantillon de 500 000 abonnés à 3000 F CFA (cablo distributeurs), la perte est évaluée à ‘’plus de 18 milliards de F CFA’’. Et les ‘’conséquences fâcheuses’’ deviennent ainsi plus larges. Allant même au-delà de ces éditeurs audiovisuels.

En plus de ‘’tuer le secteur audiovisuel sénégalais’’, ce genre de piratage concerne un ensemble d’acteurs : les artistes, les auteurs et les producteurs, relève Canalplus. A titre d’exemple, ‘’l’acquisition de la CAN coûte cher et ne peut être rentabilisée par les acteurs nationaux légaux comme la RTS, via la publicité, car ces chaînes sont cannibalisées par la diffusion massive de beIN Sports ou d’autres chaînes chez les cablo distributeurs’’, explique Canalplus.

L’Etat aussi perd une fiscalité importante dans cette reproduction audiovisuelle illégale, note le groupe audiovisuel. Les emplois, déjà créés également, se retrouvent ainsi menacés. D’ailleurs ‘’au Maghreb, le piratage de Canal+ a détruit 3000 emplois’’, rappelle le groupe français.

Toutefois, Canalplus reconnaît l’intervention des ‘’instances judiciaires du Sénégal et les forces de police ou de gendarmerie locales’’ pour lutter contre ces frauduleuses ‘’actions’’. Et en plus d’exiger les cablo distributeurs à cesser le piratage de leurs chaînes, il propose parallèlement des alternatives pour ces derniers. Entre autres pistes de réinsertion : proposer à ces acteurs de travailler au profit d’une activité légale et formelle (bouquets Canal+ et/ou de la TNT), création de points de vente, embauche de vendeurs, formation de techniciens, vente d’abonnement, fourniture de prestations techniques.

Canalplus appelle aussi l’Etat, s’il ‘’souhaite maintenir la télédistribution par câble’’, d’envisager ‘’une offre de chaînes pour lesquelles le cryptage n’est pas exigé et qui pourraient être diffusées dans ces réseaux dès lors que les règles de droits sont respectées’’. C’est-à-dire : ‘’Assurer les conditions de sécurisation technique et l’arrêt total du piratage.’’

Oumar Démbélé

(Source :Enquête, 1er février 2017)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)