twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Passage à la télévision numérique terrestre : Le Cese plaide pour le financement des contenus

jeudi 9 avril 2015

La Commission énergie, mine, industrie et technologie du Conseil économique, social et environnemental (Cese) a reçu, hier, le Comité national de pilotage de la transition de l’analogie au numérique (Contan). A cette occasion, les conseillers ont promis de mener un plaidoyer auprès du gouvernement pour accompagner la production des contenus.

A moins de trois mois de la date butoir du passage de l’analogie au numérique, le Comité national de pilotage de la transition de l’analogie au numérique (Contan) était, hier, l’hôte du Conseil économique, social et environnemental (Cese) à travers sa Commission énergie, mine, industrie et technologie. Les experts du Contan ont présenté aux conseillers tous les enjeux économiques, juridiques, sécuritaires, environnementaux, politiques de cet ambitieux projet numérique du Sénégal. Non sans oublier les défis de développement durable, de rayonnement culturel et économique qui y sont liés. Par ailleurs, a expliqué Ousseynou Dieng dudit Comité, le numérique constitue le sixième fondement du Plan Sénégal émergent (Pse). Durant ce face-face, la question des contenus a été au centre des débats.

Plusieurs conseillers ont interpellé les experts du Contan sur la dimension sociale que pourrait susciter ce passage à la Télévision numérique terrestre (Tnt). « Nous invitons à ce que les programmes de télévisions soient revus afin qu’ils soient éducatifs, formatifs pour le bien du peuple sénégalais », a expliqué Ibrahima Diagne, président de la Commission énergie, mine, industrie et technologie du Cese. Ngaïdo Bâ, vice-président de la Commission culture et tourisme a abondé dans le même sens soulignant toute la nécessité pour le Contan de mener la bataille des contenus. « Il ne sert à rien de basculer au numérique si la bataille des contenus n’est pas menée. De même, il n’est pas aussi intéressant qu’on règle le problème du contenant sans le contenu », a-t-il soutenu. Selon lui, « nous devons profiter du passage au numérique pour aller vers une intégration sous-régionale au niveau de la Cedeao » par l’entremise des productions qui seront proposées.

Dispositifs juridiques

Face à cette situation, les conseillers ont promis de mener un plaidoyer auprès de l’Etat pour accompagner la production des contenus. Cela, dans l’objectif d’arriver à une télévision éducative, culturelle, à mesure d’être un véritable outil de développement via l’éclosion d’un paysage audiovisuel riche, diversifié et équilibré. « Les experts ont annoncé la mise en place à Diamniadio d’une sorte d’Hollywood pour produire des émissions avec ce tout qu’il faut comme environnement pour produire un film », a avancé M. Diagne. A son avis, « il est extrêmement important de soutenir cette infrastructure afin qu’il y ait des contenus corrects qui seront instructifs ».

Les problématiques de la régulation des contenus, de l’encadrement juridique, de la protection et de la formation ont aussi été abordées.

Répondant aux interpellations des conseillers, Ousseynou Dieng a estimé qu’un travail est train d’être fait pour arriver à une télévision utile qui promeut « nos » valeurs et qui reflète notre diversité culturelle. Sur le plan juridique, il a annoncé qu’une série de textes a été déjà introduite à l’Assemblée par rapport au passage au Tnt.

Le deadline du 17 juin toujours de vigueur

Interpellé, hier, par les conseillers, Ousseynou Dieng du Comité national de pilotage de la transition de l’analogie au numérique (Contan) a réitéré l’engagement du Sénégal à basculer à la télévision numérique au soir du 17 juin prochain. Selon lui, ce délai sera respecté et tout un travail est en train d’être fait pour y arriver à travers notamment l’installation d’un réseau secondaire à Thiès après celui de Dakar. Ce passage se fera aussi de façon progressive en vue d’arroser l’ensemble du territoire national en Tnt. Par ailleurs, d’après M. Dieng, pour le moment, seuls les pays de l’Afrique du Nord sont prêts avec le Rwanda à basculer au numérique. Aussi, 6 autres pays africains avec le Sénégal sont en cours de l’être.

Ibrahima Ba

(Source : Le Soleil, 9 avril 2015)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)