twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Paiement mobile : encore des entraves à l’interopérabilité

jeudi 28 mars 2019

En 2018, l’interopérabilité a franchi un cap. Deux des plus gros opérateurs du continent, Orange et MTN, ont décidé de s’unir pour créer Mowali (pour Mobile Money Interoperability). Mais l’interopérabilité ne va pas encore de soi sur le continent.

La filiale commune aux deux géants que sont Orange et MTN sera installée à Abidjan. Les tests techniques sont en cours, et l’ouverture effective est prévue pour cette année. Une coentreprise créée alors que l’Afrique est en tête de course concernant l’usage des paiements digitaux via smartphone, puisqu’elle concentre les trois quarts des usagers de ce type de transactions. Ce qui représente aujourd’hui, selon Orange, 338 millions de clients.

« Mowali offre une promesse d’universalité, estime Patrick Roussel, directeur des services financiers mobiles chez Orange. Jusqu’à présent, on pouvait envoyer de l’argent et payer à condition que l’individu ou le site marchand soit client du même opérateur. Par exemple, un restaurateur à Dakar, pour accepter les paiements en mobile money de tous ses clients, devait ouvrir autant de comptes que d’opérateurs  : c’était plus facile de prendre du cash. L’usage était limité aux frontières des réseaux de télécoms. »

Réglementation rigide

À partir du moment où l’usager est connecté à Mowali, il peut payer et recevoir des fonds de tout autre utilisateur de la plateforme, où qu’il soit. Les banques font partie des acteurs financiers invités à rejoindre l’aventure. À côté des 150 opérateurs de mobile money, l’Afrique compte 650 banques, rappelle Patrick Roussel  : « Et, sauf à Madagascar et en Tanzanie, il n’y a pas d’interopérabilité entre les acteurs. Mowali offrira un service bank to wallet, il sera possible de transférer de l’argent vers et depuis ses comptes. »

En Afrique de l’Ouest, l’interopérabilité reste soumise à une réglementation parfois trop rigide, regrettent les acteurs du secteur. Si un opérateur veut lancer des services interopérables, il doit demander une autorisation à la banque centrale de son pays et faire figurer les infrastructures techniques qui vont être utilisées.

Pour le professeur Bitange Ndemo, ancien secrétaire permanent du ministère de l’Information et des Communications au Kenya, un pays à l’avant-garde de cette révolution, « les régulateurs ne devraient pas entraver l’innovation. On veut que les technologies soient plus accessibles pour être plus inclusives, les autorités doivent laisser de l’espace aux innovateurs ».

Stéphanie Wenger

(Source : Jeune Afrique, 28 mars 2019)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)