twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Où trouver des fonds pour développer les NTIC ?

mardi 10 février 2004

La question du financement se pose dans tous les secteurs de la vie économique, mais singulièrement dans les Nouvelles technologies. En effet, il n’est pas toujours facile de lever des fonds dans le domaine des NTIC, les bailleurs ayant tendance à privilégier les choses qu’ils considèrent comme concrètes au détriment des start-up et autres entreprises informatiques estampillées, à tort ou à raison, comme risquées. Amadou Top en est bien conscient, certes, mais affirme qu’il y a possibilité de trouver des fonds localement. Son exemple est tellement simple qu’on se surprendrait à dire qu’il fallait y penser.

« Tous les contrats, explique-t-il, que nous avons avec la Sonatel pour nous raccorder à ses liaisons induisent que nous ayons des frais d’abonnement ». En fait une caution « qui, théoriquement, nous appartient et doit nous être restituée si nous décidons de résilier notre contrat ». « Si vous faites le calcul, continue Top, vous vous retrouvez avec plusieurs milliards qui n’appartiennent pas à la Sonatel ». Ces cautions, comme toutes les cautions, sont remboursables à l’abonné s’il décide de résilier son contrat. On sait que très peu de gens en arrivent là. Pour Amadou Top cette manne financière qui dépasse, selon lui, les dix milliards, « aurait pu servir de fonds d’amorce pour l’appui aux NTIC et pour l’assistance des entreprises qui veulent se lancer dans ce domaine-là ». Rappelons tout simplement que toute demande d’abonnement émise par une personne physique est assujettie au dépôt d’une caution de 16.500 FCFA, tandis que les sociétés et autres organisations voient leur caution fixée à 44.000 F. Il y a actuellement quelque 300.000 abonnements au téléphone filaire. Si ces milliards sont gérés par la Sonatel elle-même qui, certainement « les place [sur le marché financier] pour gagner de l’argent en sachant que rares sont les gens qui viennent résilier leur contrat », il est bien possible, comme cela se fait ailleurs, de les gérer autrement. En France par exemple, explique Top, ce type de fonds est géré par la Caisse de dépôt et de consignation.

A notre avis, l’idée pourrait même, pourquoi pas, être étendue à la SDE et à la SENELEC qui, toutes demandent le dépôt d’une caution dans leurs contrats d’abonnement.

Cheikh Alioune Jaw

(Source : Nouvel Horizon, 6 février 2004)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 5324 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 17 juin 2016)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)