twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Opérations de confection de la carte d’identité biométrique CEDEAO : Entre persistance des lenteurs et assurance des autorités

lundi 30 janvier 2017

Ça bouge, mais pas au rythme escompté par les Sénégalais. La cadence imprimée aux opérations de confections de la carte d’identité biométrique Cedeao et de la carte d’électeur, oscille entre lenteurs, couacs techniques et insuffisance des commissions. Du moins, les populations interpellées par « L’Obs » craignent que certains ne s’inscrivent durant la période de gratuité. Les opérations évoluant, selon des personnes interpellées, à un rythme peu soutenu. Malgré les assurances des autorités administratives, impératives sont des améliorations, notamment par la mise en place de commissions supplémentaires pour accélérer le rythme des inscriptions et atteindre les objectifs fixés. Aujourd’hui, renseigne le communiqué de la Direction de l’automatisation des fichiers (Daf) paru dans la presse, « 500 machines installées ont permis d’enrôler 1 719 000 citoyens, avec une production de plus de 347 000 », sur l’ensemble du territoire national. Pour que nul n’en ignore, la Daf guide aujourd’hui une visite de terrain.

Diourbel : 120 608 inscrits dans la région à la date du 19 janvier

Touba, dans le département de Mbacké, dépasse de loin Bambey et Diourbel pour le nombre d’inscrits depuis le démarrage des inscriptions pour l’obtention de la nouvelle carte d’identité biométrique de la Cedeao. Avec 76 323 inscrits, ce chiffre se justifie par le fait que Touba est la deuxième ville la plus peuplée du Sénégal, avec près de 1 million d’habitants. A la date du 19 janvier 2017, la région de Diourbel compte environ 120 608 inscrits. Derrière Touba, le département de Bambey a enregistré plus d’inscrits que celui de Diourbel, avec 23 418 au total. Il compte environ 3000 inscrits de plus que Diourbel qui pourtant, a démarré bien avant les autres départements de la région. Le Préfet du département de Diourbel a estimé qu’il est temps de changer de méthode pour enrôler le maximum de Diourbellois. Parce que trois mois après l’ouverture des inscriptions pour l’obtention de la nouvelle carte d’identité biométrique de la Cedeao, les cinq commissions administratives du département n’ont pu enrôler que 20 867 personnes. Au niveau de la commune, même avec les deux commissions en place, des lenteurs ont été constatées dans le déroulement des opérations. Avec 13 710 inscrits, Ibrahima Fall a estimé qu’il reste beaucoup d’efforts à fournir pour enrôler toute la population. Parce que malgré une forte demande des populations, le rythme des inscriptions est encore lent (100 par jour). Avec un démarrage tardif, les communes de Ndoulo et de Ndindy ont consenti des efforts. Elles ont respectivement enrôlé, entre le 12 décembre et le 19 janvier dernier, 3859 et 3298 personnes. Pour atteindre l’objectif fixé, les commissions administratives devront travailler nuit et jour. Une proposition faite par le préfet du département à l’occasion de la rencontre avec le Comité électoral départemental. Cependant, il souligne qu’il y a des préalables, si les commissions doivent travailler la nuit. Mais à deux mois de la date butoir, beaucoup de citoyens risquent ne pas s’inscrire pour l’obtention de la nouvelle carte d’identité biométrique de la Cedeao.

Jules Souleymane Ndiaye

Ziguinchor : La région a enregistré 78 345 électeurs

L’analyse des listes électorales dans la région sud du pays (Ziguinchor) a montré que depuis le début des inscriptions sur les listes électorales jusqu’à la date du vendredi 27 janvier 2017, 78 345 électeurs ont été enregistrés dans les trois départements de la région que sont Ziguinchor, Bignona et Oussouye. A Ziguinchor, ils sont 33 000 ; Oussouye 14 813 et Bignona 30 532. Pour le Préfet de Ziguinchor, Ibra Fall, « nous avons installé 10 commissions dans le département. Mais, force est de reconnaître que nous devons l’améliorer, car il nous faut des commissions supplémentaires pour accélérer le rythme des inscriptions », dit-il. Et de préciser : « Nous avons un bon taux d’inscription qui est de 35% et si le rythme se maintien, nous atteindrons notre objectif. Je dois vous avouer qu’ici, à Ziguinchor, nous avons fonctionné pendant deux mois avec la première commission. Aujourd’hui, en moins d’un mois, nous avons passé de 10 à 35%. C’est un bond énorme. » A Oussouye, « la commission préfectorale a enregistré 7 189 électeurs. Dans les Sous-préfectures de Kabrousse et de Loudia Oulof, ils sont successivement 4 324 et 3 300 électeurs. Dans ce département, tout se passe bien. Dans l’ancien fichier, à Oussouye, 26 065 électeurs étaient inscrits sur la liste. Aujourd’hui que nous sommes à 50% des inscrits, nous osons espérer enrôler au moins 90% de l’électorat », a indiqué le Préfet du département, Christian Sina Diatta. « A Bignona, à la date du 27 janvier 2017, au niveau des 9 commissions du département, le total des inscriptions est de 30 532 », a indiqué le Préfet du département, Amadou Lamine Guissé.

Abdourahmane Thiam

Fatick : La région est loin d’atteindre les 100 mille inscrits

A ce rythme, la majorité des Fatickois ne vont pas s’inscrire pour l’obtention de la nouvelle carte d’identité biométrique de la Cedeao. Depuis le démarrage de ces inscriptions, la région de Fatick n’a pas atteint les 100 mille inscrits. A la date du vendredi 20 janvier dernier, les autorités administratives de la région ont enrôlé environ 73 000 personnes. Le compte est loin des objectifs fixés. Lenteurs, couacs et nombre réduit des commissions, ont été décriés par les populations. Il y a des risques que certains ne parviennent pas à s’inscrire durant la période de gratuité. Les inscriptions évoluant, selon des personnes interpellées, à un rythme peu soutenu. Lors de la réunion de vendredi dernier à la Préfecture de Fatick, le Préfet avait estimé qu’il y a au total 32 470 enrôlements dans le département. Même s’il est loin de l’objectif attendu, ce chiffre dépasse ceux des départements de Foundiougne et de Gossas, qui tournent autour de 20 000 inscrits depuis le démarrage des opérations en novembre dernier. A Foundiougne, le nombre d’inscrits est estimé à 20 943. Sur ce nombre, les différentes commissions de ce département ont enregistré 4154 nouvelles inscriptions, 1247 modifications et 15 387 sans modifications. Dans cette partie de la région de Fatick, la présence des hommes de tenue a été remarquable depuis le démarrage des opérations. La Commission administrative a enrôlé 156 militaires et paramilitaires. C’est presque le même chiffre dans le département de Gossas. A en croire le Préfet dudit département, on a dépassé les 20 000 inscrits.

Jules Souleymane Ndiaye

Thiès : 154281 électeurs inscrits sur les listes électorales

4 mois après le démarrage de la refonte partielle du fichier électoral (3 octobre – 26 Janvier), 154281 électeurs se sont inscrits pour l’obtention de la carte d’identité biométrique multifonctionnelle Cedeao dans la région de Thiès (départements de Thiès, Tivaouane et Mbour). Après un démarrage difficile, avec une seule commission administrative dans chaque département, Mbour dispose aujourd’hui de 18 commissions, dont 4 dans la commune, Thiès en compte 19 dans le département, dont 7 dans la ville et 19 pour Tivaouane, dont 3 dans la commune chef-lieu. Certaines commissions administratives sont mobiles. « A Tivaouane, presque toutes les commissions sont itinérantes, parce qu’il y a des communes très enclavées, qui n’en disposent pas », note Makane Mbengue, préfet de Tivaouane. A Thiès où il y a 3 commissions mobiles, l’une d’elles fait le tour des services administratifs et des établissements scolaires pour enrôler les élèves en classe de Terminale et les agents de l’Etat. Pour atteindre les objectifs fixés par l’Autorité, les préfets qui pilotent les opérations ont pris de nouvelles dispositions, en doublant les effectifs des commissions administratives. « Des opérateurs supplémentaires ont été formés pour assurer la relève à partir de 17 heures. La première équipe travaille de 8h à 17h et la seconde équipe de 17h à minuit », explique Amadou Sy, sous-préfet de Thiès-Nord. Les commissions administratives qui inscrivaient entre 120 et 140 électeurs par jour, enrôlent désormais à peu près 220 personnes par jour. Les personnes du troisième âge et les handicapés disposent d’un quota. Avec le renforcement des équipes, les populations ne passent plus des nuits blanches dans les commissions. Mieux, à Thiès-Nord, les inscriptions sont programmées par semaine et les listes sont affichées devant la porte de la sous-préfecture. Les responsables du parti Rewmi, qui disent n’avoir pas décelé de manquements techniques majeurs, déplorent les transferts d’électeurs orchestrés par des responsables de l’Apr. « J’ai des documents et des preuves sur des électeurs qui habitent dans d’autres communes et qui sont convoyés par des responsables de l’Apr pour s’inscrire dans la commune de Thiès-Ouest. Au rythme où se déroulent les inscriptions, les autorités administratives estiment que les objectifs fixés seront atteints.

Ousseynou Massérigne Guèye

Kaffrine : 19 695 inscrits dans le département

Après des lenteurs constatées sur les inscriptions au fichier électoral entamées le 10 novembre dernier, Kaffrine magnifie des progrès dans le processus. Du 10 novembre 2O16 au 24 janvier 2O17, 19 695 personnes sont inscrites sur le fichier électoral au niveau départemental, pour l’obtention de la carte nationale d’identité biométrique. Malgré quelques désagréments liés aux coupures d’électricité et autres problèmes techniques qui justifient, selon le Préfet, les longues files de citoyens devant les commissions administratives. « N’eut été les nombreuses coupures d’électricité qui ont néanmoins diminué, dernièrement et les couacs notés parfois dans les machines et qui durent parfois plus de deux tours d’horloge, ce nombre d’inscrits (19 695) serait déjà de loin dépassé », révèle Mame Less Cabou qui rappelle qu’au tout début, le fait de ne disposer que d’une seule commission expliquait la difficile prise en charge de toutes les populations communales. « Mais avec la deuxième commission installée depuis le mois dernier, plus de 200 Kaffrinois sont inscrits par jour, compte non tenu des deux autres commissions installées à Nganda et Gniby dont nous recevons périodiquement les données », apprend M. Cabou, selon qui, à ce rythme, avec les quatre commissions que compte le département, les objectifs seront atteints bien avant la date limite.

Mariama Guèye

Kaolack : 60 740 personnes déjà inscrites dans les 25 commissions

A Kaolack, hommes, femmes et jeunes ont pris d’assaut les commissions communales et préfectorales réparties dans les 3 départements que compte la région, pour faire partie des détenteurs de la carte nationale d’identité biométrique, mais aussi et surtout disposer de leur carte d’électeur. Par ailleurs, 60 740 personnes se sont déjà inscrites sur les listes dans les 25 commissions que compte la région. Dans le département de Kaolack, qui compte 14 commissions, près de 32 431 personnes se sont déjà inscrites. Parmi elles, 22 241 sans modification de lieu de vote, 2501 inscrits ont modifié leur lieu de vote, 7696 sont nouvellement inscrites. Dans le département de Nioro du Rip, 16 246 personnes sont déjà inscrites, dont 11 321 sans modification de lieu de vote, contre 937 qui ont changé de lieu, en plus des 3988 personnes nouvellement inscrites. Dans les 7 commissions que compte le département, les autorités ont pris les devants pour atteindre les objectifs fixés. Avec l’équipement des commissions mobiles en groupes électrogènes, les inscriptions se font plus aisément pour les populations qui passaient des nuits blanches pour se s’inscrire en vue d’obtenir la nouvelle carte d’identité nationale biométrique. A Guinguinéo, 12 063 personnes sont déjà en possession de leur carte nationale d’identité biométrique. Parmi ce nombre, 1866 sont nouvellement inscrites, 9591 ont modifié leur lieu de vote, contre 606 qui n’ont pas changé de lieu de vote. Dans ce département, les autorités administratives, en accord avec celles politiques, ont élaboré de nouvelles stratégies pour atteindre leurs objectifs.

Marie-Bernadette Sène

Saint-Louis–Inscription sur les listes électorales : 23 400 enrôlés dans le département

Le département de Saint-Louis a enregistré, à la date du 19 janvier, 23 400 inscriptions sur les listes électorales. D’une seule installée dans le chef-lieu de département de Saint-Louis à l’ouverture des opérations, le 3 novembre, le nombre de commissions est passé à onze. Les sept commissions installées dans la commune de Saint-Louis ont enrôlé 17 357 dossiers, alors que les quatre implantées dans l’arrondissement de Rao, englobant les communes de Gandon, Mpal, Fass Ngom et Ndiébène Gandiol, notent 6 043 inscriptions. Rao qui a démarré par trois commissions, en fin novembre 2016, en compte aujourd’hui quatre. « Nos quatre équipes installées actuellement à Mpal, Fass, Gandon et, Diougob enrôlent 530 personnes par jour », précise le Sous-préfet de Rao. Avec le dédoublement des commissions qui démarrera incessamment, ces chiffres seront largement revus à la hausse. « Si on maintient ce rythme, les objectifs seront atteints. On nous avait donné comme référence, l’électorat aux dernières joutes. L’arrondissement enregistrait 35 000 électeurs environ. Nous pensons que ce chiffre sera atteint d’ici l’échéance fixée », ajoute Ibrahima Ndao.

Malgré l’augmentation du nombre de commissions, les lieux d’inscription sont toujours envahis. Nombre d’entre les demandeurs, éconduits refont le chemin plusieurs fois. « Ce n’est toujours pas aisé de s’inscrire. Des efforts sont faits pour multiplier les commissions, mais ce n’est toujours pas assez. Il en faut d’autres, le maximum », préconise M. Fall. Pour le Préfet de Saint-Louis, Mariama Traoré Ngom, les conditions ont été bien améliorées, avec le renforcement des commissions.

Aïda Coumba Diop

Tambacounda : 17 414 inscrits

Malgré quelques couacs dus aux lenteurs au niveau des commissions, les inscriptions sur les fichiers électoraux se poursuivent à pas de géants dans les quatre commissions que compte le département de Tambacounda. Le Préfet, Mor Talla Tine, a révélé, le 25 janvier 2017 dernier, que 17 414 citoyens ont été inscrits à la date du 19 janvier. « Les inscriptions sur les fichiers électoraux au niveau des différentes commissions se déroulent normalement. Au total, nous avons 4 commissions dans le département de Tambacounda et avons enregistré 17 414 inscrits, à la date du 19 janvier, sur toute l’étendue du territoire départemental. » Sur les objectifs, le Préfet qui appelle les citoyens à se mobiliser, rassure que le maximum de citoyens sera inscrit avant la fin des opérations. Sa visite effectuée à la commission de Tamba a été l’occasion pour certains citoyens, de se faire entendre. « Ce qui se passe au niveau des commissions est regrettable. Les choses n’avancent pas. L’Etat doit prendre ses responsabilités et installer des commissions partout dans le département, pour permettre aux citoyens de s’inscrire massivement et facilement sur les listes », indique Abdoulaye Diallo du quartier Pont.

Pape Ousseynou Diallo

Kolda : 35 299 personnes inscrites

A la date du vendredi 20 janvier 2017, 35 299 inscriptions sont enregistrées à travers les seize commissions mises en place au niveau des trois départements de la région de Kolda. Le rythme est jugé « trop » lent par les citoyens. Malgré tout, l’Administration territoriale rassure que les objectifs fixés seront atteints. Démarré à mi-novembre (le lundi 14) dernier, les opérations d’inscription pour l’obtention de la nouvelle carte d’identité biométrique Cedeao et de la refonte partielle du fichier électorale se poursuivent à un rythme jugé lent. Les commissions sont partout prises d’assaut par des citoyens venus s’inscrire. Malgré la démultiplication des commissions, au nombre de seize à travers la région, 35 299 personnes se sont inscrites sur les listes électorales. Pour beaucoup d’observateurs, il sera improbable d’atteindre les objectifs assignés. Il faut encore plus d’efforts pour espérer atteindre les objectifs fixés.

Souleymane Sall

(Source : L’Observateur, 30 janvier 2017)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)