twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Octroi de la “3G+” à sa concurrente SUDATEL : Les inquiétudes de l’Intersyndicale de la Sonatel...

samedi 19 juin 2010

Le feu vert donné à la société de téléphone mobile Sudatel pour l’exploitation du service 3G+ n’est pas du goût des syndicalistes de la Sonatel, société rivale. Rappelant que leur entreprise attend depuis longtemps l’autorisation pour exploiter ce service, les syndicalistes dénoncent à l’occasion un « parti pris » en faveur de Sudatel visant à « ligoter » la Sonatel.

Une semaine après le lancement du service 3G+ de la Sudatel, l’intersyndicale des travailleurs de la Sonatel et l’amicale des cadres de ladite boite ont fait face hier à la presse pour dénoncer un « favoritisme de l’Etat du Sénégal » au détriment de leur société. « La Sonatel va disparaître si le processus arrive à terme », a averti Mamadou Aïdara Diop, secrétaire général du syndicat des travailleurs de la Sonatel (SYTS). La 3 G+, selon Ousmane Diagne, membre du SYTS, ne vise qu’à ajouter un « confort » et une « visibilité » dans les téléphones. Elle permet aussi d’envoyer de nouvelles données de façon rapide. A en croire le secrétaire général du SYTS, la 3G+ de Sudatel est loin d’être la première innovation de ce genre lancée en Afrique. « La Sonatel a lancé en phase pilote, pendant le sommet de l’Organisation de la conférence islamique (OCI), tenu à Dakar en mars 2008, la 3G+ », a-t-il précisé. Les services de la présidence de la République avaient même reçu gracieusement des appareils ainsi que les hôtes du Sénégal, a poursuivi M. Aïdara.

« Nous ne comprenons pas »

Selon le syndicaliste, depuis décembre 2009, l’Agence pour la régulation des télécommunications et des postes (ARTP) a donné une suite favorable à la demande de ladite société pour l’exploitation de la 3G+, après examen des arguments de la Sonatel, consultations et accords des autorités gouvernementales. « Nous ne comprenons pas », a ajouté Ndèye Founé Diallo. « Nous ne nous laisserons pas faire », a menacé M. Diop, précisant que la Sonatel n’a pas peur de la concurrence mais exige que celle-ci soit « saine, ouverte et loyale ». « Nous sommes suffisamment armés pour cela », a-t-il précisé. L’intersyndicale s’est par ailleurs indignée de la « signature en catimini » du décret qui offre le contrôle des communications internationales à Global Voice Group (GVG), une société de droit privé haïtien. Les syndicalistes de la Sonatel se disent prêts à mettre « le prix qu’il faut » pour contraindre l’autorité à signer le décret autorisant leur entreprise à exploiter la 3G+.

Pour y parvenir, disent les syndicalistes, les travailleurs n’hésiteront pas à observer des marches voire des grèves en passant par des assemblées générales d’informations dans les entreprises au courant du mois de juillet 2010.

Souleymane Diam Sy

(Source : Le Soleil, 19 juin 2010)

Post-Scriptum

Octroi de la “3G+” à sa concurrente SUDATEL...et dénonce la hausse de la redevance

Après la mise en vigueur depuis le 1e février 2010 du réseau de télécommunications publiques (Rutel), le gouvernement du Sénégal a déposé un projet de loi devant l’Assemblée nationale pour faire passer de 2 à 5 % le taux de cette redevance, selon l’intersyndicale de la Sonatel qui était face à la presse hier. Celle-ci doit s’appliquer au montant hors taxes des prestations payées aux opérateurs de télécommunications. Pour le gouvernement du Sénégal, cette mobilisation des fonds supplémentaires vise à lutter contre la pauvreté. Les syndicalistes n’ont pas manqué de dénoncer la signature du décret instituant un système de contrôle et de tarification des communications téléphoniques entrant en République du Sénégal, depuis le 28 mai 2010, pour Global voice group (Gvp). De l’avis des syndicalistes, cette disposition va impliquer un surcoût qui sera à la charge du consommateur. « C’est un problème d’incohérence. Il faut les arrêter », a déploré Ibrahima Konté, ancien secrétaire général du syndicat des travailleurs de la Sonatel. Il a invité les syndicalistes à attirer l’attention des populations sur ce qui se passe dans ce secteur.

S. Diam Sy

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)