twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Numérisation des documents scientifiques : L’université de Dakar ouvre une bibliothèque en ligne

samedi 10 avril 2010

La numérisation des thèses et documents est devenue effective à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad). La Bibliothèque centrale (Bu) qui assure la mise en ligne de ces documents veut donner un plus large accès aux travaux académiques.

Les thèses et mémoires conservés à la Bibliothèque centrale (Bu) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) ne sont pas accessibles à un très grand nombre de personnes. Pour en assurer une plus large consultation, la Bu a opté pour leur numérisation. La création de ces versions électroniques se justifie par un besoin de développer ‘des points d’accès commun’ pour l’utilisation de ces documents. Le chef du service numérisation des publications académiques de l’Ucad, Paul Dioh, est revenu sur cette nouvelle méthode de conservation au cours d’un séminaire de restitution du projet ‘Biens culturels africains’. La rencontre s’est tenue les 7 et 8 avril 2010 au Musée Théodore Monod d’Art africain de l’Institut fondamental de l’Afrique noire (Ifan). L’initiative émane de l’Association des universités africaines (Aua). L’objectif était de promouvoir la diffusion des informations sur l’enseignement supérieur et la recherche en Afrique. Les mémoires et thèses des chercheurs africains doivent servir de bases de données. bu.ucad.sn permet d’interroger ‘plusieurs’ sources en ‘une seule requête’. Selon Paul Dioh, la mise en ligne facilite l’utilisation des travaux universitaires à des fins professionnelles et permet aux chercheurs et étudiants d’accéder à la Bu ‘en tout temps et en tout lieu.’. Elle traduit également un souci de rendre ‘plus crédibles’ les résultats des recherches scientifiques et de ‘préserver le patrimoine culturel’ pour les générations futures.

Depuis mars 2008, la Bu, où le serveur a été installé, a numérisé 175 documents avec un accès au texte intégral. Toutes les facultés sont équipées de matériels pour mettre sur la toile les travaux des étudiants même si certaines n’ont pas encore intégré ce système pour la conservation de leurs archives, selon Paul Dioh. Il n’a pas manqué de faire part de son inquiétude par rapport à la capacité du serveur qui ne pourrait pas contenir toutes les productions. La directrice de la Bu, Mariétou Ndiongue Diop, reconnaît que ‘rien ne peut égaler’ le micro filmage qui garantie ‘une durée de conservation de 100 ans’. Cette méthode consiste à reproduire un document sur un négatif de photo. Le déchiffrage sur l’écran de la machine se fait avec l’aide d’un appareil de lecture. ‘Biens culturels africains’ est un projet pour ‘sauvegarder et valoriser’ des patrimoines documentaires, audiovisuels, iconographiques, sonores et textuels de l’Ifan. L’objectif principal de cette préservation est de rendre plus ‘accessibles’ les archives de cet institut de l’Ucad au profit ‘de la communauté scientifique internationale, des milieux scolaires et des populations à la base.’

Yacine Cissé

(Source : Wal Fadjri, 10 avril 2010)

Post-Scriptum

POUR ASSURER UNE GRANDE LONGEVITE AUX DOCUMENTS : Le Mali préfère la vieille méthode du micro filmage

Le projet de numérisation des documents scientifiques ne rassure pas trop les Maliens, selon le directeur de l’Institut des hautes études et de recherches islamiques Amed Baba de Tombouctou, au Mali. Mohamed Gallah Dicko l’a fait savoir lors du séminaire de restitution du projet ‘Bien culturels africains’ qui a eu lieu du 07 au 08 avril. ‘La numérisation est un mode de conservation dont on se méfie au Mali’, a-t-il déclaré. Pour lui, la mise en ligne des travaux n’assure pas ‘une grande longévité comme le micro filmage’. Mohamed Gallah Dicko dit préférer cette méthode ancienne qui ne pose pas ‘de problèmes de sélection et de restauration’. Le micro filmage consiste à reproduire un document sur un négatif de photo. Dicko est convaincu qu’il vaut mieux retourner à cette technique puisque ‘tous les documents existants ne pourront pas être numérisés’.

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)