twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Ntic et gouvernance locale : l’état civil a aussi un gap numérique à résorber

mercredi 1er juin 2005

Informatiser l’état civil, ainsi que la gestion comptable et budgétaire des mairies, communes d’arrondissement, tel est l’objectif central que se sont assignés les responsables des collectivités locales, face aux nouvelles responsabilités qui leur sont confiées notamment. Hier, au cours d’un atelier de réflexion sur le « Rôle des Nouvelles technologies de l’information et de la communication (Ntic) dans la gouvernance locale », les acteurs du développement local (élus locaux, présidents de régions, chefs de projets et de programmes...) se sont penchés sur la question de la fracture numérique afin de trouver des solutions permettant de la réduire.

Un Américain sur deux a accès aux Tic, alors qu’en Afrique, la proportion est de 1 sur 100. C’est ce « partage illégal de l’accès aux Tic entre le Nord et le Sud » qu’a dénoncé lors de sa communication le vice-président du Fonds de solidarité numérique, Amadou Top. Pourtant, le Sénégal n’est « pas trop mal loti », note-t-il. Le pays a fait d’énormes progrès ces dernières années en matière de Ntic. A titre d’exemple, il y a « plus de km de fibres optiques au Sénégal que de routes », a constaté M. Top. Ce pays se situe à « la croisée des chemins des grandes autoroutes des télécommunications ».

Néanmoins, la problématique de la faiblesse de l’intégration numérique et de la fracture entre les collectivités locales demeure au Sénégal, aussi bien au niveau des institutions qu’entre ces mêmes institutions et les citoyens. D’après une récente enquête, l’informatisation, dans les 43 mairies d’arrondissement de la région de Dakar par exemple, est inexistante ou alors se limite à l’édition de rapports ou de courriers. Les Ntic occupent encore une « place marginale » au Sénégal, déplore Amadou Top. Alors que ces instruments sont à la disposition des Ped et, maîtrisés, constituent un tremplin permettant à un pays comme le Sénégal d’« être un acteur et d’intervenir dans le système des relations internationales, sans en demander la permission », promet M. Top. Pour le ministre des Collectivités locales et de la Décentralisation, Aminata Tall, qui a présidé la rencontre, l’objectif de cet atelier est de dégager des voies susceptibles de supprimer le gap numérique entre les pays développés et ceux du Sud, ainsi qu’un plan d’action national pour « concrétiser l’idée du numérique pour tous ». « Aucun centre d’état civil n’est entièrement informatisé au Sénégal », argumente-t-elle. A cela s’ajoutent des problèmes tels que l’information du citoyen, le fonctionnement administratif, le développement économique, la numérisation budgétaire et la généralisation de l’utilisation des Ntic. Abondant dans le même sens qu’Aminata Tall, Amadou Top a listé les principales pistes de travail que le Sénégal devrait, selon lui, emprunter. La promotion du rôle de l’Etat en tant qu’utilisateur modèle des Ntic et des pouvoirs locaux en tant que prestataires de services de qualité à destination des citoyens, la baisse du prix des télécommunications constituent, toujours d’après M. Top, des enjeux majeurs pour améliorer la gouvernance locale.

Ndèye Awa LO et Audrey Chaudière

(Source : Wal Fadjri, 1er juin 2005)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)