twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Nouvelles technologies de l’information : L’informel à l’école de l’informatique

mercredi 22 octobre 2003

Pour contribuer à généraliser l’utilisation des Nouvelles technologies de l’information et de la communication (Ntic) au Sénégal, un projet dénommé Défi digital (Dfi), d’un coût de 6,5 milliards de dollars et financé par les Américains, va être lancé avant la fin 2003. Avec le Dfi, un certain nombre de télécentres vont être financés pour servir de modèle à ce que peut être un cybercentre. L’Usaid et le Corps de la paix, côté américain, et la Direction de l’Informatique de l’Etat et le ministère du Commerce, côté sénégalais, vont aider les petites et moyennes entreprises à utiliser les nouvelles technologies pour leurs business. Bref, permettre à ce segment du tissu industriel d’avoir une meilleure visibilité et de relever leurs chiffres d’affaires. Des volontaires vont être désignés des deux côtés pour le lancement du système. Il s’agira de les aider à tenir leur comptabilité et d’installer des cyber "louma" dans les grands marchés. Ce projet, présenté comme un test, selon le directeur général de l’Informatique de l’Etat, Mouhamed Tidjane Seck, va s’étaler sur une période de trois ans. "Si cela marche, on ouvre le robinet pour tout le monde", prévoit-il. Le gouvernement, pour sa part, va mettre en place un système de transfert d’argent pour inciter les petites entreprises à éviter le réseau informel. Les avis restent partagés quant à la viabilité de ce nouveau système. Certains grands commerçants contactés soutiennent que le Dfi leur sera d’un grand secours. "Cela nous permettra d’éviter certaines erreurs et nous ne serons plus amenés à payer des gens pour tenir notre comptabilité", se réjouit Souleymane Diaw, un grossiste au marché Sandaga. Cet avis n’est pourtant pas partagé par Ousseynou Diaw pour différentes raisons. Il est analphabète et pour utiliser un outil informatique, il faut maîtriser la langue française. En plus de cela, selon lui, la connexion à l’Internet coûte cher : "350 ou 700 F tous les jours, c’est de l’argent jeté par la fenêtre. Depuis des années, nous utilisons le même processus et nous n’avons aucune difficulté. Notre argent, je le pense, est bien géré", martèle-t-il. Bien qu’il soit conscient des obstacles qu’il va falloir surmonter, le directeur général de l’Informatique de l’Etat reste optimisme. Pour lui, une fois que les petites entreprises s’imprègneront de cette nouvelle formule, les modèles archaïques disparaîtront.

(Source : Wal Fadjri 22 octobre 2003)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)