twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Nouvelle licence de téléphonie octroyée par le Sénégal à Tigo : Les termes d’un accord qui vire au scandale

samedi 9 mars 2013

Les conditions dans lesquelles l’Etat du Sénégal a signé en août 2012, un accord à l’amiable avec Tigo/Millicom pour lui octroyer une nouvelle licence de téléphonie pour un montant de 103 millions de dollars (50 milliards de Fcfa), font toujours l’objet de contestations. De plus en plus de voix s’élèvent pour décrier les « conditions scandaleuses » de l’accord trouvé entre l’Etat du Sénégal et Tigo/Milicom et qui permettent à l’opérateur de téléphonie d’exploiter les services 3G, le téléphone fixe, le wimax, les services Tv, etc. Soient les mêmes services octroyés à Sudatel/Expresso et France Télécom/Orange. Avec l’accord signé en août 2012 par les deux parties, Tigo/Millicom pour seulement 50 milliards de Fcfa, se voit accorder une nouvelle licence de 10 ans, alors que l’actuel expire en 2018.

Les spécialistes ne cessent de crier au scandale et de parler tout simplement de « bradage » au vu des conditions avantageuses offertes à Tigo/Millicom. Après avoir signé un accord à l’amiable avec l’Etat du Sénégal, qui accepte ainsi de lui octroyer une nouvelle licence pour un montant de 50 milliards de Fcfa, pendant 10 ans. Détenteur de la deuxième licence de téléphonie au Sénégal, qui expire en 2018, Tigo/Millicom se voit accorder une nouvelle, alors qu’un litige l’opposait à l’Etat du Sénégal. Nous sommes aux premières heures de l’alternance en 2000, avec l’arrivée de Me Abdoulaye Wade au pouvoir et la fin de 50 ans de règne du Parti socialiste (Ps) sur le Sénégal. Très tôt, Me Abdoulaye Wade conteste la validité de la licence Tigo/Millicom qui a été octroyée à l’opérateur de téléphonie en 1998 par le régime socialiste, pour un montant « modique » de 50 millions de Fcfa. Ceci, sans appel d’offres. Ainsi, tout au long du règne du régime de l’ancien Président de la République, Me Abdoulaye Wade, le contentieux entre l’Etat du Sénégal et Tigo/Millicom alimentera les débats. Pour l’ancien régime libéral, la deuxième licence de téléphonie, octroyée à Tigo était purement et simplement du « bradage ». Le contentieux finira même par atterrir devant les juridictions nationales et internationales. Finalement, les deux parties avaient accepté d’ouvrir de nouvelles négociations sur l’octroi de cette licence de téléphonie, en août 2012, après le départ de Me Abdoulaye Wade du pouvoir et l’accession de Macky Sall à la magistrature suprême. Un nouvel accord à l’amiable est alors signé entre l’Etat du Sénégal et le groupe Tigo/Millicom. Un accord qui octroie à Tigo/Millicom une nouvelle licence pour une période de dix ans, pour un montant de 50 milliards de Fcfa. Un accord, dont les termes n’ont jamais été révélés par l’Etat du Sénégal, mais ont été divulgués par Tigo/Millicom et disponibles sur son site web. À travers cet accord, l’Etat du Sénégal qui contestait la licence octroyée à Tigo/Millicom en 1998, finit par reconnaître la validité de celle-ci. Cette licence cédée par le régime socialiste de l’époque à Tigo, en 1998 expire en 2018. Le plus ahurissant, c’est que l’Etat du Sénégal a accepté d’octroyer une autre licence de 10 ans à Tigo/Millicom pour la somme de 50 milliards de Fcfa. Si l’on compare cette seconde licence octroyée à Tigo/Millicom à celle de Sudatel/Expresso, l’on se rend compte de l’écart. En effet, là où Sudatel/Expresso obtient sa licence de téléphonie à 200 millions de dollars (90 milliards) de Fcfa à la suite d’un appel d’offres, Tigo/Millicom à la suite de simples négociations, qui s’apparentent à du gré à gré, se voit octroyer la sienne à 50 milliards de Fcfa. Veinards, sont les administrateurs du groupe Tigo/Millicom ! En 1998, comme sur un plateau d’argent, ils se font octroyer la 2ème licence de téléphonie mobile pour la modique somme de 50 millions de Fcfa, par l’Etat du Sénégal pour une période de 10 ans. Or, à la même période, le Cameroun vendait sa licence à 40 milliards de FCfa, la Côte d’Ivoire à 30 milliards de Fcfa, le Kenya à 27 milliards de Fcfa. Alors que tout le monde criait au scandale sur les conditions de l’octroi de cette licence de téléphonie à Tigo/Millicom, avant même que celle-ci n’expire, une autre licence allant de 2018 à 2028 est cédée à ce groupe pour 57 milliards de Fcfa. Cerise sur le gâteau, Tigo/Millicom peut même étendre ses services sur le 3G, le téléphone fixe, le wimax, les services Tv, etc. C’est-à-dire, les mêmes octroyés à Sudatel/Expresso et France Télécom/Orange. Seulement, cette licence, qui ouvre à Sudatel/Expresso la possibilité d’offrir ces services, lui a valu 90 milliards de Fcfa. La Tunisie en 2009, a vendu une licence de téléphonie mobile à 190 millions de dollars, le Rwanda à 60 millions de dollars en 2008, le Soudan à 177 millions de dollars en 2004, le Niger, en 2007, à 71 millions de dollars, et récemment le Mali à 100 millions de dollars. De quoi pousser, tous les experts en la matière, à crier au scandale, au vu des conditions dans lesquelles Tigo/Millicom a obtenu sa nouvelle licence de téléphonie au Sénégal.

Pape Ibou Faye

(Source : L’Office, 9 mars 2013)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)