twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Nous avons testé le “Tablette Café”. Notre verdict

mardi 28 mai 2013

Nous vous annoncions hier le lancement d’un nouveau modèle de cybercafés qui pourrait révolutionner le genre en Afrique. Alors que les cybers peinent à survivre dans un environnement où les factures de courant sont illogiques, les tarifs de connexion à l’internet sont parfois prohibitifs et le matériel devient rapidement vétuste, Tablette Café, situé à la Médina, propose une solution inattendue : Livrer des tablettes Android aux clients à la place des Desktops auxquels nous sommes tellement habitués.

Le concept novateur divise encore quelque peu les avis.

Pour 300 Fcfa, le client dispose d’une heure de connexion sur une tablette Nexus 10. En arrivant, il déposera sa carte d’identité (par mesure de sécurité) ou son passeport à l’entrée et lorsque son temps de connexion arrivera à son terme, une sonnerie provenant du terminal le préviendra que le temps qui lui est imparti est écoulé. Dans un souci de respect de la vie privée des utilisateurs, après chaque usages, les tablettes subissent un Factory reset assurant que le prochain internaute ne saura rien de ce que le précédent aura fait.

Le concept novateur divise encore quelque peu les avis. Alors que certains s’émerveillent devant l’innovation, d’autres mettent en avant les coûts d’entretien de ces tablettes qui sont beaucoup plus difficiles à réparer que des ordinateurs de bureau. En effet, en cas de pannes, très peu de services pourraient assurer l’entretien de ces terminaux encore réservés à une élite sur le continent. Aussi, les écrans de ces tablettes peuvent se briser beaucoup plus facilement que ceux de Desktops. Le besoin de déposer ses pièces d’identités pour surfer a également été remis en question.

Nous pensons cependant que le Tablette Cyber a été un coup de génie de la part de Medoune, gérant et propriétaire de la structure. Les tablettes utilisées dans ce cyber sont d’une qualité supérieure à celles nécessaires pour l’utilisation qu’en font la majorité des internautes sénégalais. Facebook, Yahoo, Gmail, Seneweb, Facedakar et Youtube sont les sites les plus visités par la grande majorité des locataires des cybercafés, d’après plusieurs propriétaires que nous avons approchés. Une ardoise beaucoup moins chère qu’un Nexus 10 ferait donc largement l’affaire. Des économies considérables sur le câblage seront également les bienvenues. Quand on y ajoute les économies sur les factures d’électricité, on se retrouve avec un cocktail qui pourrait remettre les cybers à l’ordre du jour.

Qu’en pensez-vous ?

(Source : Afrique ITnews, 28 mai 2013)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)