twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Nigéria : Le gouvernement fédéral lance une enquête fédérale contre Cambridge Analytica

mardi 3 avril 2018

Après les Etats-Unis en Amérique, l’Angleterre en Europe, et le Ghana en Afrique, le Nigéria est également touché par la vague crée par le scandale Cambridge Analytica, du nom de cette société britannique spécialisée dans l’analyse des données et de conseils politique, et qui est suspectée de s’impliqué dans le processus électoral américain pour influencer l’issue du scrutin présidentiel de 2016. En effet, le gouvernement Fédéral a indiqué le 2 avril 2018 avoir ouvert une enquête sur les activités de cette entreprise dans le pays.

A l’origine de cette enquête, des soupçons selon lesquels Cambridge Analytica aurait manipulé les élections de 2007 et 2015 pour le compte du Parti Démocratique populaire, le parti de l’ancien président Goodluck Jonathan, qui est aujourd’hui passé dans l’opposition après la victoire en 2015 du président Buhari, et qui est également sous le coup d’une autre enquête pour détournement de fond lors de sa période au pouvoir.

Dans la foulée de l’annonce de cette enquête, le gouvernement nigérian annonce la création d’un Comité interne qui aura pour mission de définir si les actions posées par le cabinet Cambridge Analytica ont été de nature à porter atteinte aux « droits des autres partis et de leurs candidats ». Pour ce faire, le Comité devra examiner les opérations menées par Cambridge Analytica pour le compte du Parti démocratique populaire (PDP).

Si ce scandale est arrivé jusqu’au Nigéria, c’est parce que les autorités pensent que les données personnelles du président Buhari, alors candidat à la présidentielle ont té piratées par Cambridge Analytica, qui aurait fait appel à des hackers Israéliens. Si jamais cette hypothèse venait à se confirmer, Abudja promet que l’affaire sera portée au niveau du pénal.

(Source : TIC Mag, 3 avril 2018)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)