twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Ndiaga Guèye sur l’octroi de la 4G : « Les autorités sont toujours dans une logique de bradage de ce pays »

mercredi 22 juin 2016

La concession de la licence 4G à la Sonatel, pour ne pas dire à Orange, par l’Etat du Sénégal commence à faire réagir. Les professionnels du secteur ainsi que de nombreux usagers ont dénoncé une nouvelle supercherie fait au détriment du peuple sénégalais et au profit de la France. Une accusation portée, sans ambages, par président de l’Association sénégalaise des utilisateurs des TIC (ASUTIC) qui estime que le régime de Macky Sall, en parafant cette convention, « roule pour l’intérêt des Français ». Etayant ses propos, Ndiaga Guèye analyse la transaction. « Pour évaluer les intérêts français on fait appel à un cabinet français. On se pose des questions. Comment l’ARTP, qui dispose des ressources à l’interne, peut évaluer une licence de téléphonie globale en faisant appel à un cabinet étranger. Pourquoi on nous amène un cabinet français pour évaluer les intérêts français au Sénégal qui est de 68 milliards », s’est interrogé Ndiaga Guèye.

Poursuivant, le syndicaliste juge qu’en acceptant de céder la 4G contre cette modique somme, l’Etat du Sénégal ne fait pas seulement preuve d’un manque d’ambitions, il démontre aussi qu’il est toujours sous le joug de la France. « Aujourd’hui, nous avons assisté à l’officialisation du bradage du renouvellement de la licence de la Sonatel » a-t-il réagi. Avant de rappeler : « En 2007, Expresso a payé 200 millions de dollars pour avoir sa licence. En 1997, France Telecom avait payé environ 70 milliards de FCFA. Aujourd’hui, on nous dit que cette licence vaut 68 milliards de FCFA. On achète il y a 20 ans à 70 milliards, 20 ans après vous achetez à 68 milliards. Nous pensons que cette licence a été sous-évaluée. Cette licence comme d’habitude a été bradée. Et ce n’est pas nouveau. En 2012 déjà, l’Etat avait bradé une licence à 53 milliards de FCFA à Tigo. Les autorités sont toujours dans une logique de bradage de ce pays ».

Ne s’arrêtant pas en si bon chemin le président de l’Association sénégalaise des utilisateurs des TIC dénonce : « Les consommateurs sénégalais sont totalement oubliés. L’Etat ne met jamais en place des conditions pour que la population accède à ces outils Tic à des prix abordables. Les opérateurs qui gagnent des centaines de milliards en bénéfice, l’Etat qui encaisse des milliards par taxes et impôts ».

Le Directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP), Abdou Karim Sall, a tenu un point de presse ce mardi pour révéler que : « La Sonatel a acquis la 4G dans ces conditions en payant 32 milliards FCFA pour obtenir 20 mégas dont 10 dans la bande 1800 et 10 dans la bande 800, avec l’obligation de débuter la commercialisation dans 2 mois au plus tard à compter de la date d’assignation des fréquences ».

(Source : Wal Fadjri, 22 juin 2016)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)