twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Nafissatou Diouf Dia : L’écrivaine sénégalais décrypte l’Internet pour les enfants

samedi 6 mai 2006

Une collection pour aider les enfants de 8 ans et plus à se familiariser aux nouvelles technologies, c’est le propos de la celle initiée par la Sénégalaise Nafissatou Dia Diouf et qui sera lancée, d’ici juin, dans son pays. Deux petits livres sont déjà disponibles : Je découvre ...l’ordinateur et Cytor & Tic Tic naviguent sur la toile.

L’écrivaine sénégalaise Nafissatou Diouf Dia a une idée lumineuse : décrypter les nouvelles technologies de l’information et de la communication pour les enfants. D’ici juin, elle lancera officiellement une collection composée de huit ouvrages destinés aux huit ans et plus. Deux titres sont cependant déjà disponibles : Je découvre ...l’ordinateur et Cytor & Tic Tic naviguent sur la toile. Dans le premier ouvrage, c’est à travers les discussions de Bokar et de Mariam, que les enfants découvrent cette « machine qui nous permet de faire tout plein de choses » qu’est l’ordinateur. Il en de même pour le monde virtuel. Cytor, le cyber copain et son « fidèle compagnon », Tic Tic la souris s’emploient à faire découvrir tout « l’univers des Technologies de l’Information et de la Communication, qu’on appelle aussi TIC ». « Ils discutent entre eux et interpellent les lecteurs » , explique Nafissatou Diouf Dia. Dans son entreprise, elle peut d’ailleurs compter sur les remarques de ses filles, âgées de 8 et 5 ans, qui surfent allègrement, « après avoir écouté les recommandations de Maman », sur des sites sélectionnées pour elles.

Des petits quid sur les Tic

Déjà récompensée, en 1999, par le premier Prix international du concours Radio Canada-Francophonie de nouvelle illustrée sur site Web intitulée Balade virtuelle autour de la planète francophone, Nafissatou Dia Diouf a conjugué encore une fois ses nombreux talents. A travers ces derniers ouvrages didactiques, l’auteure allie « sa passion d’écrire », son intérêt pour la littérature jeunesse et ses connaissances dans les domaines des télécommunications. Cela afin de « rendre, dit-elle, de façon digeste Internet accessible à des enfants qui s’y intéressent déjà de toutes les manières ». Auteur de plusieurs livres - Retour d’un si long exil (2001), Primeur, Poèmes de jeunesse (2003) et de plusieurs livres pour enfants - elle est également titulaire d’un mastère en gestion des télécommunications. C’est d’ailleurs pendant ses cours, où elle découvre leurs applications au quotidien, que l’idée de cette collection fait jour en elle. Les livres à venir qui y seront édités traiteront, autour des personnages récurrents que seront Cytor et Tic Tic, de sujets aussi divers que la cybercriminalité et l’e-gouvernance. Pour Nafissatou Diouf Dia, plus que de la pédagogie, ces livres ont l’ambition de sensibiliser ce jeune public au fait que l’Africain doit être « vecteur de sa propre culture » et cesser « d’être l’acteur passif » qu’il est souvent sur le Net.

« L’Internet est une opportunité formidable pour les Africains, affirme la Sénégalaise, surtout avec tous les problèmes de visa et les difficultés économiques, de pouvoir accéder au monde grâce à quelques centaines de F CFA. Une opportunité à saisir, bien évidemment avec discernement et à condition d’être producteur de contenus. Si on a compris cela, à nous le Net, à nous le monde ! » A 33 ans, la Dakaroise, actuellement Chef du Service Entreprise à l’Agence des Grands Comptes de la Sonatel, la société publique de télécommunications, est en parfaite adéquation avec les défis africains en matière de nouvelles technologies. Car l’Internet et les technologies qui en découlent pourraient être la nouvelle chance du continent de se développer. Quoi de plus normal donc de former les futures générations à ce médium aujourd’hui incontournable.

Falila Gbadamassi

(Source : Sud Quotidien, 6 mai 2006)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)