twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Moustapha Ndiaye crée le centre numérique de commandement du trafic urbain

lundi 27 février 2017

Après la billetterie électronique, Moustapha Ndiaye a lancé une plateforme qui génère à temps réel ou en différé des informations sur la vitesse d’une voiture. La technologie renseigne également si celle-ci est surchargée ou pas. La plateforme offre une vue d’ensemble sur les artères où le trafic est dense et sur les voies où il est fluide.

Le samedi est un jour ouvrable dans cette startup, sise à la Cité Soprim, non loin de la pharmacie Mame Diarra Boussou. Au premier étage, dans une salle à la porte entrebâillée, des secrétaires sont derrière leur ordinateur. Dans d’autres compartiments, des ingénieurs vérifient les assemblages des appareils. Des jeunes s’apprêtent à descendre sur le terrain pour faire des expositions. Au total, 23 jeunes travaillent dans cette startup.

Leur employé est un jeune. Il se nomme Moustapha Ndiaye. Il a démontré que les nouvelles technologies ne constituent pas une menace pour des emplois. Bien au contraire. Elles offrent des opportunités de création d’emplois. Dans son bureau encombré d’ordinateurs, d’onduleurs et d’unités centrales, l’informaticien continue de tisser sa toile. Sa solution intégrale de géolocalisation est utilisée par plusieurs services et entreprises de la place. « C’est un centre de contrôle et de commandement du transport urbain et interurbain. Il est mis en service depuis le 28 avril 2015 », informe ce spécialiste des technologies embarquées. C’est plus qu’un système de géolocalisation. Cette technologie aide à contrôler à distance les véhicules d’une entreprise, d’un Gie, y compris la consommation de carburant. « A partir de la plateforme, nous pouvons contrôler la consommation de gasoil, remonter les itinéraires parcourus par les véhicules et vérifier si la voiture est surchargée, les ouvertures des portes… », détaille le concepteur.

L’aide aux constats en cas d’accident

Le concepteur souhaite mettre cette plateforme à la disposition des autorités publiques du secteur du transport. L’outil est muni d’une technologie qui détecte tous les excès de vitesse à temps réel ou en différé. Ces informations, générées par la plateforme, sont essentielles pour éclairer la survenue des accidents en cas de choc ou de collision. « La plateforme est fonctionnelle. Elle fournit des informations à temps réel et en différé. Avec cet outil, nous pouvons expliquer la survenue des accidents et surtout ceux liés à l’excès de vitesse », affirme Moustapha Ndiaye.

L’ingénieur n’est pas dans la réaction. Il est dans la prévention. Le dispositif lance des signaux d’alarme en cas d’excès de vitesse. Le propriétaire de la voiture, la société, ou encore l’administration d’un parc automobile a la possibilité de demander au conducteur de lever le pied sur l’accélérateur. « Il y a beaucoup de cas d’accidents au Sénégal. Avec cette plateforme, le propriétaire du ou des véhicules peut émettre des signaux d’avertissement aux conducteurs pour qu’ils ralentissent », dévoile l’informaticien qui souhaite travailler avec les services qui ont en charge le transport et de lutter contre les accidents de circulation. Le transport est le champ d’intervention de Moustapha Ndiaye. Cette innovation est un train de solutions aux nombreux problèmes du trafic urbain et interurbain. La plateforme offre une vue large sur la circulation à Dakar à un temps donné. Sur la base de ces informations, les conducteurs peuvent décider d’emprunter une voie où la circulation est plus fluide. « A partir d’un clic, les automobilistes peuvent voir tous les tronçons où il y a des embouteillages. Partant de ce constat, l’automobiliste a le choix de s’engager sur une voie où la circulation est fluide ou sur celle où le trafic est dense », explique cet autodidacte qui a reçu, par la suite, une formation au Centre national de qualification professionnelle (Cnqp).

Saisir les opportunités des TIC

Cette plateforme ne sera pas une dernière pour ce Sénégalais qui effectue des « voyages d’approfondissement de connaissances » en Chine. Sa vie est associée à jamais aux nouvelles technologies qui l’ont mis sous les feux des projecteurs. Depuis l’invention de la billetterie, il enchaîne des interviews avec des chaines de télévisions sénégalaises et étrangères. Ce centre est une sorte de prolongement de la billetterie électronique, brevetée à l’Oapi depuis le 30 septembre 2015 sous le numéro 17.225. Cette billetterie fournit des informations sur la compagnie du Gie, le numéro de série, la ligne, l’itinéraire, la section, le prix, l’heure et les coordonnées géographiques. Toutes les informations sont générées instantanément dans le bus.

Idrissa Sané

(Source : Le Soleil, 27 février 2017)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)