twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Moussoukoro Diop sur les fuites : « Indexer les réseaux sociaux, c’est noyer le poisson et fuir les responsabilités »

vendredi 7 juillet 2017

Les réseaux ont, selon bon nombre de citoyens, joué un rôle fort dans les fuites notées lors des épreuves de Baccalauréat de cette année. Moussoukoro Diop, un digital manager, s’est exprimé sur le sujet.

Pour lui donc, « les réseaux sociaux n’ont fait que rendre viral un système corrompu déjà bien huilé. Ces fuites existent depuis longtemps, mais les gens en entendent davantage parler parce que ça circule dans les réseaux sociaux. Avant quand il y’avait des fuites, c’était dans un cercle fermé, c’est-à-dire dans une école ou un quartier par exemple, avec des élèves qui tombent dessus et qui se partagent les sujets. Mais maintenant avec Whatsapp par exemple, on peut être à Dakar et partager avec un cousin qui est à Saint-Louis ou Ziguinchor ».

Le digital manager considère en outre que « c’est malheureux de le dire, mais les fuites ont toujours existé, les gens n’ont pas arrêté de faire des alertes. C’est juste que les réseaux sociaux ont amplifié ce phénomène. Ce sont les adultes qui sont dans le système qui vendent ces fuites ; indexer les réseaux sociaux, c’est noyer le poisson et fuir les responsabilités. Les réseaux sociaux n’ont pas créé les fuites. Ce qu’il faut chercher à savoir et expliquer c’est comment les épreuves sont arrivées sur les réseaux sociaux. Je ne vois pas pourquoi il faudrait diaboliser les réseaux sociaux, c’est comme lorsqu’on marche dans la rue, on peut toujours rencontrer des personnes mal intentionnés. Donc sur les réseaux sociaux, il faut juste avoir le comportement que l’on a dans la vie de tous les jours, que les ordinateurs ne nous donnent pas le courage de faire des choses que l’on ne fait pas dans la vraie vie ».

Comme défendant les réseaux sociaux, il dira qu’ils « peuvent apporter beaucoup de choses positives aux enfants, certains créent des groupes pour se partager des exercices ou cours, il y a des systèmes qui ne sont basés que sur le digital, comme Ecole au Sénégal où des professeurs donnent des cours gratuits en ligne. Il y a des initiatives qui sont là et qui permettent aux élèves de réviser et d’avoir des connaissances. Il y a donc un apport certain pour l’éducation, mais on ne met pas en avant le côté positif des réseaux sociaux ».

(Source : Senenews, 7 juillet 2017)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)