twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Mouhamadou Makhtar Cissé : ’’Les autorités de régulation doivent être soumises aux tests de performance’’

samedi 8 mars 2014

Le ministre du Budget, Mouhamadou Makhtar Cissé, a souligné samedi à Dakar la nécessité de soumettre les autorités de régulation aux tests de performance, afin de mesurer l’impact de leurs activités sur l’économie du pays.

‘’Il est important de soumettre les autorités de régulation elles-mêmes à un test de la performance, pour voir quel est l’impact de leur activité sur l’économie du Sénégal’’, a-t-il dit.

Mouhamadou Makhtar Cissé s’exprimait au cours de la conférence annuelle de l’Amicale des cadres de l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (ARTP). Cette rencontre avait pour thème : "Quel apport de la régulation dans une perspective de développement économique et social ?’’.

‘’Cette problématique nous intéresse parce que quand vous regardez aujourd’hui l’économie du Sénégal, le constat que nous avons fait et qui a déclenché ce Plan Sénégal Emergent (PSE) est que 70% de l’économie sont tirés par les services avec au cœur de ces services, les activités de télécoms et les services financiers’’, a-t-il déclaré.

Selon M. Cissé, ‘’c’est normal de faire des télécommunications un secteur porteur de croissance, de richesses et d’emplois pour le Sénégal. C’est un moteur qui est aujourd’hui essoufflé et qui a porté pendant presque 20 ans l’économie du Sénégal et aujourd’hui qui manifeste visiblement des signes d’essoufflement’’.

‘’Le domaine est devenu hautement concurrentiel. C’est important de redéfinir les règles de régulation, de renforcer les autorités de régulation’’, a-t-il fait observer.

‘’La régulation est un couteau à double tranchant. Elle permet de lutter contre les abus mais elle peut être un frein, lorsque les hommes politiques vont avoir tendance à interférer dans le processus de conduite des affaires’’, a souligné le ministre du Budget.

Mouhamadou Makhtar Cissé a soutenu qu’’’au-delà de toutes ces considérations, il nous faut adopter une culture du numérique qui est un des fondements de l’émergence d’un pays, car il est démontré que partout où cette culture progresse, l’économie prospère également’’.

(Source : APS, 8 mars 2014)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)