twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Monnaie virtuelle : L’utilisation du bitcoin interdit au Ghana

mercredi 24 janvier 2018

Après le Maroc, c’est au tour des autorités ghanéennes de mettre en garde contre l’utilisation du bitcoin, voire de l’interdire complètement. Dans un communiqué publié par la Banque du Ghana, celle-ci réaffirme que le bitcoin n’est pas reconnu comme état la forme de monnaie légitime utilisée dans le pays : « La Banque du Ghana souhaite informer le grand public que ces activités en monnaie numérique ne sont actuellement pas autorisées en vertu de la Loi de 2003 sur les systèmes de paiement (Loi 662) », précise le communiqué de la Banque.

Cette sortie de la Banque du Ghana intervient au moment où cette institution est en train de peaufiner la mise en place des nouveaux systèmes de paiement, y compris numérique, qui sont relativement nouveaux dans le pays. Actuellement, la Banque travaille à fixer des directives de cyber sécurité, afin de garantir la sécurité des transactions en ligne. Dans le même temps, le gouvernement ghanéen prépare un projet de loi sur les systèmes de paiement qui devrait être examiné au cours des mois à venir. Cette nouvelle loi devrait mettre à jour l’espace des paiements électroniques conformément aux normes internationales et s’aligner sur l’évolution du paysage des paiements électroniques.

Avant le Ghana, c’était au tour du Maroc de mettre en garde contre l’utilisation du bitcoin, dans un communiqué conjoint du ministère marocain des Finances, la Banque Centrale et l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC), rendu public le 21 novembre 2017. Ils justifiaient alors leur position par : « l’absence de protection règlementaire pour couvrir les pertes en cas de défaillance des plateformes d’échange ; l’absence d’un cadre juridique de protection spécifique des usagers de ces monnaies en rapport avec les transactions effectuées, surtout en cas de vol ou de détournement ; volatilité du cours de change de ces monnaies virtuelles contre une devise ayant cours légal ; cours pouvant varier fortement à la hausse comme à la baisse, en très peu de temps, de façon imprévisible ; utilisation de ces monnaies à des fins illicites ou criminelles, notamment le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme ; non-respect des réglementations en vigueur, en particulier celles ayant trait aux marchés des capitaux et à la législation des changes ».

Le Maroc et le Ghana rejoignent ainsi la Bolivie, l’Équateur, le Népal et la Chine qui ont également interdit la crypto-monnaie.

(Source : TIC Mag, 24 janvier 2018)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)