twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Monnaie électronique : De nouveaux textes en gestation dans la zone CEMAC

lundi 15 avril 2019

Deux nouveaux textes sont en préparation par la Commission bancaire d’Afrique centrale, en vue de compléter la régulation déjà existante des activités d’émission et de paiement de monnaie électronique. L’un des documents consiste à définir les normes prudentielles qui seront applicables aux établissements de paiement.

La montée en puissance des porte-monnaies via le mobile a vu se créer une multitude d’acteurs non bancaires, dont les activités sont soit de collecter des dépôts d’argent, soit de permettre des retraits d’argent depuis les téléphones portables. Si cela a contribué à la généralisation du mobile money, il subsiste néanmoins un risque latent que le régulateur bancaire de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cémac) veut anticiper.

Avec ce projet de régulation qui est d’ordre prudentiel, l’on devrait s’attendre désormais à ce qu’il faille mobiliser un certain montant d’argent en fonds propres, pour exercer cette activité. Il existe, en effet, un risque qu’une situation de faillite ou de détournement pousse un établissement à ne plus honorer ses engagements de paiement. Une situation qui pénaliserait aussi bien les déposants que les émetteurs de monnaie électronique.

Ce risque concerne aussi les prestataires de services de paiement autres que les établissements de paiement, qui vont de la petite et moyenne entreprise à des individus dans des quartiers. Sur ce second point aussi, un texte est en cours de préparation, en vue de réguler les obtentions d’agréments et leurs modifications de statuts.

Les nouveaux textes pourraient redistribuer les cartes dans le secteur, notamment du mobile money, qui a mis à mal les opérateurs classiques de transfert d’argent. L’obligation de disposer d’un matelas de fonds propres en couverture des risques potentiels pourrait exclure de nombreuses personnes qui proposent ce service en tant qu’individus, et repositionner les leaders déchus, notamment avec l’introduction prochaine de l’interopérabilité dans la sous-région.

Selon un récent rapport de la Banque des Etats de l’Afrique centrale, le volume d’argent circulant dans les comptes de mobile money, et non encore décaissé, a atteint à la fin 2018 l’encours de 125,7 milliards francs CFA, soit trois fois son encours de la fin 2016. Aussi, le nombre d’utilisateurs actifs de services de monnaie électronique a atteint les 6,7 millions. Enfin, la valeur des transactions de monnaie électronique a atteint les 8 300 milliards francs CFA, soit sept fois le montant de 2016.

Josiane Mambou Loukoula Et Agence Ecofin

(Source : Les Dépêchés de Brazzaville, 15 avril 2019)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)