twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Mise à Jour Whatssap, ce qu’il faut comprendre

jeudi 14 janvier 2021

Mise à Jour Whatssap, ce qu’il faut comprendre

- Les nouvelles règles d’utilisations de whatssap ?
- Quelles sont les données concernées ?
- Les risques ?
- Les Conseils ?
- Le rôle des états ?
- Les Solutions ?

1) Les nouvelles règles d’utilisations de whatssap ?

Whatssap commence à afficher une notification chez certains utilisateurs autour d’un changement dans les conditions d’utilisation de l’application.

Concrètement, cela signifie que toutes les données que nous échangeons chaque jour, partout dans le monde, qu’il s’agisse de photographies, de messages intimes ou bien encore les appels sont à la portée de Facebook. La promesse de respect de la vie privée des utilisateurs, autrefois clamée par WhatsApp est aujourd’hui totalement dévoyée.

2) Quelles sont les données concernées ?

- Les données de contact,
- Les données de connexion comme l’adresse IP,
- Les données d’identification comme la photo de profile,
- Les de données de contenu (y compris lorsqu’ils sont de nature économique et financière),
- Les données de vie personnelle,
- Les données de vie professionnelles lorsqu’il s’agit d’entreprises communiquant avec leurs clients et salariés.

3) Les risques ?

- que peut-on faire avec votre adresse IP ?

Les fournisseurs de contenu peuvent utiliser votre adresse IP pour vous cibler à l’aide de Géo blocages, des restrictions de contenu qui vous empêchent essentiellement d’accéder à une page Web ou au contenu d’un site Web. Votre adresse IP divulgue votre géolocalisation, et tout site Web auquel vous envoyez des demandes de connexion ou que vous visitez verra et enregistrera votre adresse IP.

Certains états c’est sure ils vont acheter nos adresses IP chez Facebook pour nous empêcher d’accéder à certains informations en bloquant nos routes de connexions. Et si un utilisateur par exemple insulte sur la page de Macky Sall, l’Etat du Sénégal pourra à partir même de votre faux compte que tu utilises, géo localiser votre position sans avoir votre numéro téléphone surtout si vous utilisez un ordinateur ou tablette.

- Le reste je le résume sur les risques des TIC. Il y a 3 grands risques

· Le risque technologique, Partout où il y a la technologie faites attentions, toutes nos données sont dans les banques, hôpitaux, les Servers des applications que nous utilisons, tout est dans des machines. Imaginez qu’on attaque ces machines, qu’on les détruit ou qu’on les manipule. C’est la catastrophe pour nous Tous. C’est ça le risque technologique.

· Le risque informationnel, c’est que tout ce qui nous concerne comme données est stocké dans des machines et si quelqu’un les vole ? et si quelqu’un les usurpe je sors je me fais appeler Maimouna Ndiaye par ce que j’ai pu tout simplement avoir à l’ensemble de ses données personnelles. Et ce sont des risques réels l’usurpation d’identité. Le Sénégal avec la CDP (Commission de protection des données personnelles) doit se battre pour ça. Vous allez dans les laboratoires d’analyse ou pharmaceutiques, vous laissez vos traces et quelqu’un peut en faire un mauvais usage. Imaginez que Facebook recense tout les informations de diabétiques du Sénégal et le vendre à une entreprise qui vend des produits pharmaceutiques qui sait le nombre de produit à écouler sur le Sénégal. Il va approvisionner le marché convenablement sans problèmes. En même temps la même entreprise peut décider de ne plus envoyer de produits au Sénégal et il tue tout le Monde par ce qu’il a tout simplement les données personnelles des malades.

· Le risque communicationnel, les technologies de l’information et de la communication ce sont des technologies de la relation c’est vous et moi. Vous avez chez vous des enfants qui sont connectés sur des ordinateurs, téléphones et tablettes. C’est ce qu’on appelle des enfants présents mes absents. C’est leur corps qui est présent mais leur esprit n’est pas dans la maison. Vous croyez que vous les gérez que vous avez une autorité sur eux, vous pouvez les mettre dans leur chambre jusqu’à même les voire sans dormir alors qu’ils ne dorment pas, ils continuent à surfer.

Et vous ne savez pas avec qui ils parlent. Ils peuvent se photographier sans leur vêtement et les montrer à la face du monde. Ils peuvent prendre leur photo de leur famille et les diffuser à leur insu. Tout peut se passer, ils jouent, ils communiquent et vous n’en avez aucune maitrise.

4) Les Conseils ?

- Si le processus de partage est effectif par défaut et que vous souhaitez le refuser il serra peut être possible de le désactiver. Lorsque la mise à jour serra déployée comme le processus que je viens d’expliquer il suffira juste de défiler pour décocher la case sélectionnée par défaut « partage infos compte »

- Si toutefois vous avez déjà accepté par erreur. Il vous reste encore du temps. Il suffit de se rendre au sein des paramètres de l’application, dans la section Mon Compte, puis de décocher la case « partager infos compotes ». Nous attendons le déploiement de la mise à jour pour pouvoir dire certaines choses.

5) Le rôle des états ?

Malgré les nouvelles conditions de WhatsApp, les utilisateurs européens n’ont pas l’obligation d’accepter autant de choses que les utilisateurs dans le reste du monde. Facebook est contraint par le RGPD (Règlement Général de Protection des Données) et leur proposera plus de choix. Des divergences entre l’Europe et le reste du monde en matière de confidentialité.

Aujourd’hui la protection des données personnelles est un enjeu de politique criminel majeur dans les états.

6) Les Solutions ?

Whatssap impose un ultimatum aux utilisateurs. Accepter ou voir son compte bloqué.

Actuellement des utilisateurs migrent sur les plateformes de messagerie concurrentes comme Télégram ou Signal.

Nous ne pouvons rien imposer sur une application qui ne nous appartient pas. Whatssap ne force personne à rester donc prenez vos responsabilités. Celui qui pense que y a pas de risque il peut rester, les techniciens en sécurité qui peuvent utiliser des moyens pour se protéger du peu c’est toujours bien. Et les autres qui sont juste des utilisateurs simples je vous rappelle que le faite de laisser whatssap ne changera en rien sur votre vie sauf si vous pensez le contraire.

Nous attendons le déploiement pour pouvoir dire autant surtout de voir les services de Télégram et Signal dans les prochains jours.

Souleymane Ngom spécialiste en sécurité des systèmes d’information et développeur web.

(Source : Facebook, 14 janvier 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 825 111 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,90%)
    • 2G : 23,96%
    • 3G : 43,14%
    • 4G : 32,90%
  • 177 363 abonnés ADSL/Fibre (1,21%)
  • 134 098 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 258 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 22 706

- Taux de pénétration des services Internet : 88,74%

(ARTP, 31 décembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 228 774 abonnés
- 186.695 résidentiels (81,61%)
- 42 079 professionnels (18,39%)
- Taux de pénétration : 1,36%

(ARTP, 31 décembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 078 948 abonnés
- Taux de pénétration : 114,21%

(ARTP, 31 décembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)