twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Mis en examen pour augmentation illégale de capital, Kabirou Mbodje nie les faits et prépare sa défense

jeudi 22 juin 2017

Une nouvelle étape a été franchie dans le bras de fer judiciaire qui oppose Kabirou Mbodjie aux autres fondateurs déclarés de Wari. Selon les informations de Libération, le PDG de la société de transfert d’argent a été inculpé par le juge du deuxième cabinet.

Entre Kabirou Mbodjie, Seyni Camara, Malick Fall et Cheikh Tague qui se déclarent co-actionnaires de Wari et d’Interactive, on se mène une guerre sans merci. Le 25 janvier 2016, c’est le premier qui envoyait au tapis le trio lorsque la Cour d’appel lui a totalement donné raison en annulant une décision rendue en première instance le 6 septembre 2011 et qui lui était défavorable.

Et voilà que l’histoire semble encore se répéter car, après cette première manche, une autre plainte avec constitution de partie civile a été confiée au juge du deuxième cabinet après paiement de la consignation et avis du parquet. Cette procédure vient de connaître un rebondissement et pour cause. Selon les informations de Libération, Kabirou Mbodjie a été inculpé en début de semaine par le juge du deuxième cabinet.

Une inculpation que confirme Me Khassimou Touré joint au téléphone hier : « Oui, je confirme que monsieur Mbodjie a été inculpé par le juge du deuxième cabinet et l’instruction suit son cours normal et la vérité va bientôt jaillir. Je tiens juste à préciser que même si mes clients souffrent le martyre, ils gardent leur sérénité et leur dignité. Ils vont aller jusqu’au bout sans management. Ils croient à une bonne administration et à une bonne distribution de la Justice. Le droit est plus fort que tout le monde. Monsieur Mbodjie a été inculpé pour augmentation illégale de capital et abus de sociaux. »

L’inculpation ou mise en examen n’est que la notification de l’accusation. En clair, pour le moment, il n’y a aucune charge qui a été retenue contre le PDG de Wari qui s’est juste vu notifier les faits pour lesquels il est poursuivi.

Des faits qu’il a niés et il aura l’attitude de développer son argumentaire lors de son audition dans le fond. A la fin de son instruction, le juge décidera s’il doit le renvoyer devant un tribunal pour jugement où s’il doit bénéficier d’un non- lieu.

Cheikh Mbacké Guissé

(Source : Libération, 22 juin 2017)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)