twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Mirador ‘’améliore’’ la gestion de la mobilité des enseignants

vendredi 29 mai 2015

Le site Mirador dédié à la gestion du personnel enseignant améliore fortement le travail des personnes chargées de gérer la mobilité des membres de ce corps, en réduisant aussi bien le temps que le coût du mouvement national, a indiqué, vendredi, Samba Guissé, contrôleur de qualité, chargé des TIC à la direction des ressources humaines du ministère de l’Education nationale.

‘’Ça améliore fortement le travail’’, a indiqué à l’APS M. Guissé, en marge d’un atelier organisé au centre régional de formation des personnels enseignants (CRFPE) de Tambacounda, à l’intention des chargés de personnel des IA et IEF de Kédougou, Kaffrine et Tambacounda.

‘’Avant Mirador, pour le mouvement du personnel, on mettait un mois à l’hôtel’’, a relevé M. Guissé, notant que ces rencontres consacrées au dispatching des enseignants à travers le pays, dénommé mouvement national, regroupent des représentants des syndicats, des autorités du ministère et les chargés de personnel des IA et IEF.

‘’Imaginez d’abord les coûts’’, a-t-il insisté, non sans ajouter que ‘’malgré tout, il y avait des contestations à n’en plus finir’’.

Par contre, l’année dernière, première année de mise en œuvre du Mirador, ‘’cinq jours à l’hôtel’’ avaient suffi pour faire le travail préalable a-t-il dit, ajoutant que ‘’l’idée, c’est même d’aller vers un jour’’.

‘’L’année dernière, nous n’avions que 28 contestations sur 14.000 demandes’’, a-t-il raconté, tout en estimant que ces contestations ne représentent ‘’absolument rien’’ en termes de pourcentage.

Auparavant, certains chefs d’établissement ne déclaraient pas le poste d’un enseignant qu’ils voulaient retenir dans leur école. Ce qui était à l’origine de frustration de l’enseignant concerné, dans la mesure où si son poste n’est pas déclaré, on ne peut pas entrer en compétition.

‘’Maintenant, c’est l’enseignant lui-même qui entre sur le site et qui déclare son poste et il a une bonne visibilité’’ là-dessus, a-t-il dit.

En outre, il y a une idée de faire en sorte qu’il y ait un ‘’pont’’ entre Mirador et Girafe, une application similaire utilisée par la fonction publique, a indiqué Samba Guissé. De telle sorte qu’à 20 heures tout ce qu’on est en train de faire soit transféré à la fonction publique, et que vice-versa, chaque opération effectuée au niveau de la fonction publique, soit transférée à Mirador à 23heures.

De ce fait, chaque enseignant dont l’acte de reclassement sera établi, se le verra transférer dans son espace sur Mirador. ‘’Il n’a pas besoin de quitter Kédougou pour aller à Dakar récupérer son acte’’, a-t-il noté.

‘’C’est un temps fou qu’on va gagner et les deux à trois jours de permission que l’enseignant demandait, (seront) des heures de gagnées pour l’élève’’, a expliqué M. Guissé.

‘’On tend vers çà ; tout sera en ligne’’, si bien que la question des lourdeurs administratives qui figurait au nombre des revendications de la dernière grève en date des enseignants, sera résolue, a-t-il dit.

Récemment, le ministère de l’Education nationale a lancé le projet ‘’Une famille, un toit’’, et les enseignants intéressés peuvent peut s’inscrire en ligne, a-t-il dit, évoquant ainsi une autre fpnction de Mirador, non sans ajouter que maintenant, ‘’l’enseignant suit sa carrière sur Mirador’’.

Les concours d’entrée aux centres régionaux de formation des personnels de l’éducation (CRFPE), ne sont pas en reste, car les candidats s’inscrivent sur Mirador avec leur numéro d’identification, pour la présélection.

Et, pour les corrections, l’anonymat est garanti. Pour choisir leur école d’application, les pensionnaires de la FASTEF doivent aussi passer par Mirador où ‘’la compétition est automatique’’.

‘’Une fois que les candidatures sont en ligne, d’un clic c’est l’ordinateur qui fait le reste, (…) et (qui) classe automatiquement les enseignants’’, a-t-il poursuivi, avant de lancer : ‘’l’idée, c’est d’aller vers zéro papier. Quand ? On ne sait pas, mais c’est ça l’objectif’’.

(Source : APS, 29 mai 2015)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)