twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Maroc Telecom poursuit son bras de fer avec l’Anrt au sujet du dégroupage

lundi 29 août 2016

L’opérateur historique Maroc Telecom poursuit sa résistance quant au dégroupage de ses boucle et sous-boucle locales de fibre optique (physique, virtuel et Bitstream, ndlr), comme exigé depuis juin 2014 par l’Autorité nationale de réglementation des télécommunications (Anrt) du Maroc. Dans son rapport annuel d’activités de 2015, publié sur son site web le 25 août 2016, le régulateur télécoms dresse un état des lieux négatif de cette opération technique d’ouverture du réseau téléphonique local à la concurrence.

Cela fait plus de deux ans en effet que l’Anrt a fixé les règles régissant le dégroupage au Maroc. La décision y afférente date du 17 juin 2014 mais le régulateur télécoms constate que Maroc Telecom multiplie les actes hostiles. Jusqu’à présent, l’opérateur historique n’a toujours pas complété ses offres de gros, publiées en janvier 2015 alors qu’elles étaient attendues début août 2014. Malgré les mises en demeure qui lui ont été adressées pour compléter ces offres, en application des dispositions de l’article 30 de la Loi n°24-96, aucune action n’a suivi.

Au contraire, Maroc Telecom multiplie les blocages. L’Anrt révèle ainsi que l’opérateur leader du marché national des télécommunications retarde l’accès virtuel de ses concurrents au réseau de fibre optique jusqu’à l’abonné (FTTH), sous prétexte qu’il ignore l’opportunité d’une telle prestation. Depuis novembre 2015, il est également absent aux réunions mensuelles du Comité de dégroupage créé par décision de l’ANRT en 2006. Le régulateur télécoms déclare à cet effet que « Maroc Telecom n’y participe plus, considérant que le suivi des sujets opérationnels ne relève pas des prérogatives de l’Anrt ».

Toutefois, malgré l’incomplétude et la non-conformité sur certains aspects des offres publiées par Maroc Telecom, l’Anrt indique que Méditel et Inwi ont déjà entamé le dégroupage de certaines lignes. « Mais à ce jour, seules quelques centaines de lignes ont été dégroupées. Les opérateurs rencontrent d’importantes difficultés opérationnelles retardant le processus de dégroupage », déplore le régulateur télécoms.

Le dégroupage est l’un des points importants de la nouvelle Note d’Orientations Générales (NOG) pour la poursuite du développement du secteur des télécommunications à l’horizon 2018 (NOG-2018). Adoptée lors du Conseil d’administration de l’Anrt du 18 mars 2015, cette feuille de route a pour objectif de donner un nouveau souffle au marché des télécoms. Le retard ou l’échec du dégroupage aura par conséquence de grosses répercussions sur le succès de la consolidation du marché national des télécommunications.

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 29 août 2016)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)