twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Marche contre l’arrivée de Gloval Voice : Les travailleurs de Sonatel appellent au sens de responsabilité de Wade

vendredi 23 juillet 2010

Le coordinateur de l’intersyndicale des travailleurs de la Société nationale des télécommunications (Sonatel), Mamadou Aïdara Diop, a appelé « au sens de la responsabilité du Président de la République pour engager une concertation sur la question de l’introduction du Groupe Global voice ». Il a soumis cette idée au cours de la marche de protestation contre l’Artp et l’arrivée de Global voice que les employés de la Sonatel ont organisé hier, jeudi 22 juillet. Débutée au monument de l’obélisque, la marche a pris fin devant les grilles de la Rts, au triangle sud.

Les employés de la Sonatel ont marqué leur détermination à lutter contre l’introduction du Groupe Global voice au Sénégal, à travers une marche de protestation. Organiser hier, jeudi 22 juillet, de la place de l’obélisque à celle du triangle sud, cette marche a été l’occasion pour Mamadou Aïdara Diop, coordinateur de l’intersyndicale des travailleurs de la Société nationale des télécommunications (Sonatel), d’en appeler « au sens de la responsabilité du Président de la République pour engager une concertation sur la question de l’introduction de Global voice ».

A 16 heurs, les marcheurs, vêtus de t-shirt rouge et blanc avec la mention : « non à la liquidation du secteur des télécoms par l’Artp », ont arpenté la chaussée du Boulevard Général De Gaulle (Allées du centenaires). Le soleil, encore moins la chaleur, n’ont pu décourager ces employés. Le cortège qui avançait lentement était escorté par deux pick up et un camion de la police nationale. Les travailleurs qui ouvraient la marche tenaient une banderole transmettant avec un message clair : « non à l’introduction de vampires comme Global voice groupe dans le réseau des télécommunications, au profit des prédateurs ». Ce message sera appuyé par des pancartes brandis à gauche et à droite. Les marcheurs estiment que cette introduction de ladite société dans le marché des télécommunications du Sénégal est un moyen de liquider les acteurs de ce secteur.

Dans l’attente du mot d’ordre de grève nationale

Interpellant les dirigeants de la Sonatel, Mamadou Aïdara Diop de lancer : « Donnez le mot d’ordre de grève nationale et nous exécuterons ». Une invite comme pour décrier la volonté de liquidation d’une société qui verse 125 milliards de F Cfa par an au trésor public pour zéro investissement de l’Etat dans le même secteur. « Alors que la Sonatel fait beaucoup dans le social au Sénégal », a-t-il souligné. Une société qui, selon lui, emploie directement 2500 personnes pour 50 mille emplois indirects.

Cette marche de l’intersyndical de la Sonatel a vue la participation de responsable de la coalition Benno Siggil Sénégal (Bss), de la Ligue de consommateurs et l’Uni-africa télécom (avec 13 délégations venues d’un peu partout d’Afrique).

De l’avis de Maguette Thiam de Benno Siggil Sénégal aucun pays n’a le droit de brader son patrimoine de télécommunication car, c’est un véritable vecteur de développement. « On ne permettra pas à une société comme Global voice de contrôler les Sénégalais », a-t-il déclaré.

Selon le représentant de la Ligue des consommateurs, El Hadj Niang, « la Sonatel a fait ce que l’Etat n’arrive pas à faire : investir dans le social ». Il informe que la première machine à imagerie du Sénégal a été donnée par cette société en plus de plusieurs scanners médicaux dans des zones reculées du pays. « Le gouvernement sape la paix sociale et la poche des citoyens avec Global voice », a argué le consumériste.

Le Pr Abdoulaye Bathily de la Ligue démocratique n’y est pas allé par le dos de la cuillère. Pour lui, « après avoir liquidé la Société africaine de raffinage (Sar), Air Sénégal internationale (Asi), la Société nationale d’électricité (Senelec), les autorités veulent liquider la Sonatel ». Ce leader de Benno Siggil Sénégal considère que la Sonatel est un des fleurons de l’économie nationale du Sénégal. Ce qui lui fait dire que « s’attaquer à cette société c’est s’attaquer à l’économie nationale. « C’est un combat de tout le peuple sénégalais », a-t-il précisé.

Bemba Ibn Younoussou Siby

(Source : Sud Quotidien, 23 juillet 2010)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 606 817 abonnés Internet

  • 9 340 927 abonnés 2G+3G (97,20%)
  • 135 690 clés Internet (1,40%)
  • 111 795 abonnés ADSL (1,20%)
  • 18 405 abonnés bas débit (0,20%)
    - Liaisons louées : 21 114

- Taux de pénétration des services Internet : 62,97%

(ARTP, 31 décembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 290 636 abonnés
- 224 105 lignes résidentielles (77,11%)
- 66 463 lignes professionnelles (22,87%)
- 1 148 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,91%

(ARTP, 31 décembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 758 366 abonnés
- Taux de pénétration : 103,29%

(ARTP, 31 décembre 2017)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)