twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Mamadou Dramé, Directeur de cabinet du ministre de la communication : « D’ici 2020, le Sénégal ambitionne de réaliser le numérique pour tous »

vendredi 27 juin 2014

Dans un contexte marqué par la mutation des technologies de l’information et de la communication (Tic), le Sénégal ne veut pas rater la révolution du numérique. Le directeur de cabinet du ministre de la Communication et de l’Economie numérique, Mamadou Dramé, a soutenu hier que notre pays veut réaliser le numérique pour tous en 2020. Il présidait l’ouverture d’un atelier organisé par Ericsson sous le thème : « Tous connectés ».

Présidant hier l’ouverture d’un atelier organisé par Ericsson sous le thème : « Tous connectés », le directeur de cabinet du ministre de la Communication et de l’Economie numérique a fait part de la volonté du Sénégal d’œuvrer pour qu’en 2020, le numérique soit à la portée de tous et pour tous les usages avec un secteur privé dynamique et innovant dans un écosystème performant. Cette volonté politique, a expliqué Mamadou Dramé, est matérialisée par la création d’un ministère en charge de l’Economie numérique, de la promulgation d’un nouveau Code des télécommunications et l’élaboration d’une stratégie nationale de développement de l’économie numérique (Snden) avec l’ensemble des acteurs du secteur.

Selon lui, dans le cadre de la mise en œuvre de la Snden, le Sénégal compte développer la stratégie de base dont l’augmentation de la connectivité haut-débit, l’intégration de l’utilisation d’Internet à travers l’économie et la promotion des contenus locaux. « Dans le même temps, notre pays s’est fixé comme objectif de réduire les tarifs d’entrée du haut débit fixe et mobile de moitié d’ici 3 ans, d’augmenter la bande passante moyenne à 10 Mbps en 2018, de faire accéder 90% de la population au haut débit d’ici 2018 et de faire atteindre un taux d’usage d’e-Commerce et d’e-Gouvernement de 33% de la population féminine d’ici 2018 », a informé M. Dramé.

La connexion pour tous, un impératif

Pour le directeur de l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (Artp), les télécommunications comptent aujourd’hui parmi les secteurs clés qui contribuent le plus au développement économique d’un pays. « Les systèmes de télécommunications fiables constituent des gages de gains de productivité et de compétitivité accrues pour les pays qui les développent. Ils sont donc un élément majeur pour développer l’attractivité et la compétitivité d’un pays », a indiqué Abdou Karim Sall. A l’en croire, la connexion pour tous est devenue aujourd’hui un impératif politique et stratégique auquel toutes les parties prenantes et acteurs devraient être assujettis.

« Dans de nombreuses analyses et réflexions sur les pistes de développement des pays, les experts s’accordent à reconnaître que la construction d’un réseau de télécommunications moderne dans un cadre réglementaire cohérent est un paramètre indispensable à l’impulsion de la dynamique économique locale et à l’amélioration du bien-être des populations », a-t-il poursuivi. Mieux, a souligné M. Sall, le niveau de développement d’un Etat se mesure désormais à l’aune de son niveau de connectivité.

Par ailleurs, a-t-il avancé, le Sénégal se positionne aujourd’hui comme un leader en Afrique, dans le domaine des Tic. « Au cours des cinq dernières années, notre pays a réduit progressivement le fossé numérique, grâce à un réseau numérisé à 100%, une extension de la couverture du territoire avec un taux de pénétration de 103,67% pour la téléphonie mobile et de 26,46% pour Internet au 31 mars 2014 », a-t-il fait comprendre.

De son côté, Nicolas Blixell, vice-président « Grands comptes Panafrica d’Ericsson », a relevé que le réseau haut débit permet d’augmenter la croissance avec une floraison d’entreprises et de création d’emplois. « Ericsson investit plus de 2.000 milliards de FCfa pour avoir le top technologie. Notre ambition est de faire en sorte que les gens aient de meilleurs éléments dans leur réseau, à travers une qualité supérieure et une réduction des coûts pour les utilisateurs. Il s’agit aussi de pouvoir développer des applications dans la santé, le transport... », a-t-il dit.

Ibrahima Ba

(Source : Le Soleil, 27 juin 2014)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)