twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Malawi : les opérateurs télécoms refusent que le gouvernement continue de contrôler les tarifs

mercredi 20 septembre 2017

L’Association des opérateurs télécoms refuse que le gouvernement continue à contrôler les tarifs des services proposés aux consommateurs. Elle l’a exprimé à l’Assemblée nationale, le week-end dernier. Une délégation de l’association, conduite par son président, Charles Kamoto, le directeur général d’Airtel Malawi, a comparu devant le comité parlementaire en charge des questions télécoms. Les opérateurs répondaient à une convocation du parlement sur leur réticence à s’exécuter quant aux multiples injonctions, à eux adressées, par le régulateur télécoms pour une réduction des tarifs

D’après les explications de Charles Kamoto aux parlementaires, les prix actuellement pratiqués par les opérateurs télécoms sont bas. Il a ajouté que leur cherté n’est qu’une perception erronée de l’Autorité de régulation des communications du Malawi (Macra). « Nos prix sont bas, nous faisons des bénéfices marginaux. Les taux effectifs ne couvrent que les coûts, y compris un rendement raisonnable sur le capital employé », a souligné le patron d’Airtel Malawi.

Pour ce qui est de la data, Charles Kamoto a reconnu que les prix sont assez élevés, comparés aux autres pays comme la Tanzanie. Cependant, il a déclaré que c’est la réalité de tous les pays sans bordure côtière. « Le coût de livraison d’Internet au Malawi est très élevé car nous sommes un pays sans littoral. La livraison d’Internet par la fibre optique sous-marine est peu coûteuse, mais au Malawi, c’est coûteux en raison de la distance de la mer », a-t-il précisé. Conséquence, le fort coût d’acquisition de la connectivité se ressent dans le prix au détail aux consommateurs.

(Source : Agence Ecofin, 20 septembre 2017)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)