twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

M. Emmanuel Hamez, DG de Expresso Sénégal sur l’achat de la troisième licence globale de téléphonie : « Les 200 millions de dollars proviennent des ventes de licence »

mardi 13 janvier 2009

Le directeur général de Expresso Sénégal, marque lancée par le troisième opérateur de téléphonie Sudatel, a coupé court aux rumeurs faisant état d’une provenance illicite de l’argent ayant servi à l’achat de la licence globale. La conférence de presse de ce lundi 12 janvier ayant succédé au lancement officiel des activités de ce troisième opérateur téléphonique a permis à Emmanuel Hamez de préciser que l’argent qui a servi à l’achat de cette licence globale provient de la vente de la licence d’une filiale de Sudatel au Soudan.

« La licence Sudatel été financée par les revenus de la filiale Sudani et la vente de Mobitel à Zain ». C’est la précision que le directeur général de Expresso Sénégal, filiale de Sudatel, a tenu à apporter pour répondre aux suspicions faites sur les origines de l’argent ayant servi à l’achat de la licence globale que Sudatel a acquis depuis novembre 2007. Pour M. Emmanuel Hamez, le fait d’acheter la licence à 200 millions de dollars va permettre à Sudatel d’investir un peu moins parce que la technologie utilisée nous permet de nous rattraper. Le directeur général d’Expresso Sénégal a indiqué que « Le Sénégal est un pays stratégique en l’Afrique de l’Ouest et il important pour Sudatel d’y être présent ». Interpellé sur l’importance de la somme d’argent débloquée pour l’achat de cette licence globale acquise en novembre 2007 après un appel d’offres international lancé par l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (Artp), le directeur général d’Expresso Sénégal espère un retour sur investissement sur le long terme. Pour lui, « c’est un investissement stratégique ».

L’occasion était aussi très bonne pour les responsables de l’entreprise pour décliner les ambitions de Expresso au Sénégal. Son directeur général indique que 95% du personnel de l’entreprise est constitué de Sénégalais et le reste de Soudanais. A l’en croire, Expresso Sénégal travaille beaucoup avec des sous-traitants comme le centre d’appels TRG, mais également des partenaires chinois.

Promettant de « faire rêver » les Sénégalais, l’équipe managériale d’Expresso informe que la technologie (CDMA) qui sera utilisée sera plus européenne qu’américaine (GSM). A en croire M. Hamez, « le CDMA a deux à trois fois plus de capacité de couverture que le GSM ». Il assure que « c’est ce qui explique le fait que la marque Expresso est le seul opérateur de téléphonie au Sénégal qui, dès son lancement, assure une couverture nationale complète avec 266 sites d’émissions, six points d’interconnexion et un réseau IP ». Et d’ajouter que « Expresso Sénégal propose une technologie 3G basée sur le CDMA et un réseau fiable ».

Se lançant dans un marché concurrentiel, Expresso compte développer le référentiel devant permettre aux usagers de savoir ce qu’ils payent en téléphonant. C’est ainsi que sur les appels au niveau national, cet opérateur compte taxer 1,5 FCfa la seconde pour tout appel vers tous les réseaux et à toute heure. Sur l’international, l’appel sera à trois FCfa la seconde vers tous les réseaux et à toute heure. Cette filiale de Sudatel au Sénégal promet de faire « plus » que les autres. Selon son responsable des produits, Fatou Sow Kane, « le crédit sera à durée illimité ainsi que la réception d’appel et que le transfert de crédit se fera gratuitement ». Sur ce point, le directeur général a précisé que « notre stratégie, c’est la simplicité et la transparence et puis laisser les abonnés jugés d’eux-même ». C’est ainsi que Mahfoud Oul Brahim, conseiller d’Expresso, a fait savoir que « nous apportons la concurrence sur tous les segments du marché et même sur les infrastructures. Nous avons une licence globale qui va nous permettre d’utiliser tous les supports ».

Pour rappel, Sudatel est l’opérateur historique de téléphonie au Soudan. Privatisée en 1993, elle est détenue à 25% par le gouvernement du Soudan où elle est à coude à coude avec l’opérateur téléphonique privé ZAIN. Après le lancement du mobile au Sénégal, le directeur général d’Expresso promet que l’entreprise fera bientôt des offres pour le fixe et l’internet.

Bakary Dabo

(Source : Sud Quotidien, 13 janvier 2009)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)