twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Lutte contre la fraude bancaire : Le partage d’informations, la clé de la réussite

lundi 2 juin 2008

Face aux menaces de la fraude sur les cartes bancaires, le Gim-Uemoa et ‘Visa fraud forum’ font dans la prévention. L’accent est ainsi mis sur les échanges intra-bancaires.

Directeur régional de la gestion du risque /Continent Afrique/ Visa Cemea, Valery Assaf, se veut catégorique. Dans un document, symbole de compte-rendu du forum sur le thème de la fraude, parvenu à la rédaction, il soutient avec force que le succès de la lutte contre la fraude bancaire passe nécessairement par l’échange d’informations entre banquiers. C’est ce à quoi ont abouti les acteurs bancaires qui ont pu débattre des différentes actions à mettre en place dans le cadre de la lutte contre la fraude. ‘Le partage de l’information est l’élément clé dans la réussite de la lutte contre la fraude’, lit-on dans ledit document. ‘Garder pour soi toute information liée à la fraude dont on a été victime, ne permet pas à une banque d’avoir un avantage compétitif sur ses concurrents ; au contraire, cela n’aboutit qu’à la propagation de la fraude. Le partage de l’information est et reste l’une des plus puissantes barrières contre la fraude’, ajoute-t-on.

Le directeur de la relation clientèle pour l’Afrique de l’Ouest et centrale de ‘Visa fraud forum’, Mohamed Elbelamachi abonde dans le même sens. ‘Nous sommes, chez Visa, toujours prêts à soutenir les banques dans leur lutte contre la fraude liée aux cartes bancaires’. ‘Le Fraud Forum, précise-t-il, est mis en place pour déclencher l’éveil chez toutes les banques émettrices et acquéreuses de produits monétiques afin de bâtir au mieux la muraille de protection contre les actions frauduleuses et criminelles sur le marché. Et nous sommes heureux d’avoir reçu autant d’écoute de la part des banques de la région’. Ainsi, note Mohamed Elbelamachi, ‘nous voudrions d’ailleurs remercier le Groupe inter-bancaire monétique de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Gim-Uemoa) pour nous avoir reçu dans le cadre de cette première édition du Fraud Forum au Sénégal’. Ceci est, à son avis, le début d’un long combat contre un ennemi qui devient de plus en plus organisé. ‘Aujourd’hui, grâce au succès de cet événement et au dévouement de toutes les banques de la région, je suis sûr que les fraudeurs seront très prochainement au chômage dans cette région du monde’.

Dans le même sillage, le directeur général du Gim-Uemoa et président du comité Visa Fraud forum-Sénégal, Blaise Ahouantchédé, assure que ‘cette initiative salutaire est d’autant plus nécessaire, à l’heure où l’utilisation de la carte bancaire prend une place de plus en plus importante dans le comportement de nos populations’. Et d’ajouter : ‘partant du postulat que la carte bancaire est amenée, dans les prochaines années, à être le principal instrument de paiement face à la monnaie fiduciaire (billet, espèces), il est tout à fait recommandable que toutes les mesures préventives soient prises pour conférer à la carte bancaire et les systèmes de gestion de cartes la meilleure garantie de sécurité possible’.

Selon lui, la naissance de ce comité s’inscrit dans ce cadre. Ainsi, le comité Visa Fraud forum-Sénégal compte travailler ensemble avec tous les acteurs à savoir les banques, établissements financiers et postaux, les Systèmes financiers décentralisés, la Banque centrale, les autorités gouvernementales, la police, la gendarmerie..., pour asseoir un cadre de réflexion et d’échange pour une véritable lutte contre la criminalité financière à travers la carte bancaire. C’est par l’échange des compétences et des connaissances de chacun que la lutte contre la fraude pourra être efficace partout, indique-t-on.

‘Visa international continuera à collaborer chaque fois de manière plus étroite avec l’ensemble des acteurs économiques, juridiques et policiers afin d’apporter des solutions adaptées et efficaces. Et nous sommes très heureux de la participation massive des banques de la région à cette initiative’, souligne pour sa part le directeur général de Visa international pour l’Afrique du Nord, de l’Ouest et du Centre, Paltrinieri.

En outre, le Fraud Forum, déjà présent au Maroc et en Egypte, va se déployer en Tunisie, au Togo et au Bénin, selon lui. Ce Forum devrait permettre au niveau du continent africain de mettre en place une barrière solide contre les fraudeurs.

Ndakhté M. Gaye

(Source : :Wal Fadjri, 2 juin 2008)

Post-Scriptum

Pour dresser une muraille contre les fraudeurs : Prévention, détection et investigation

Ce ne sont pas des stratégies qui manquent pour dresser une muraille contre les fraudeurs. Parmi les moyens de lutte, figure en première ligne la communication à toutes les banques de la place, la liste des commerçants complices. La gestion de la fraude en trois étapes que sont la prévention, la détection et l’investigation est la deuxième stratégie à mettre en place.

Il a été aussi demandé aux banques de mettre en place un dispositif de détection interne avec les corollaires que sont la formation du personnel concerné, le recrutement d’une ressource dédiée à la fraude et le système de monitoring. Grâce à son réseau mondial et aux efforts de recherches soutenus, Visa international met aussi, à travers ‘Visa fraud forum’, son expertise au profit des banques sénégalaises.

Il est à noter que le ‘Visa fraud forum’ sera une rencontre trimestrielle des banques et institutions financières du Gim-Uemoa. La police et les services d’investigations des actions frauduleuses liées à la monétique seront désormais intégrés au Visa fraud forum et ils en constitueront des parties prenantes, pour permettre de conjuguer les idées et les efforts afin d’endiguer les actions frauduleuses.

Visa exploite le plus important réseau mondial de paiement électronique offrant des services de traitement de paiement et des plates-formes de produits. Cela comprend le crédit à la consommation, le débit, les cartes prépayées et commerciales Visa, Visa electron, Interlink et plus. ‘Avec un département exclusivement dédié à la gestion du Risque et de la Fraude, Visa international dispose d’une expertise avérée, lui permettant d’être alerte quant aux actions criminelles liées à la fraude monétique’, souligne-t-on. Parmi les différents types et formes de fraudes utilisant des techniques de plus en plus sophistiquées, il a été identifié le vol, la falsification, le skimming (qui consiste à copier l’information de la bande magnétique de la carte compromise sur une autre carte plastique), la fraude sur Gab/Dab) et le phishing (vol des données des cartes de paiements sur sites Internet)...

Ndakhté M. Gaye

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)