twitter facebook rss

Ressources

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

"Libéralisation" et protection du secteur du web au Sénégal

jeudi 6 mai 2010

Depuis un quelques temps nous lisons à travers certaines lignes, un réjouissement concernant l’ouverture d’une filiale sénégalaise de la société OVH, l’hébergeur web le plus important en France.

En tant que prestataire de services web et après vérification chez d’autres acteurs du secteur, il n’y a eu aucun communiqué officiel pour nous éclairer sur les contours de cette implantation et les retombées qu’on doit en attendre coté utilisateurs et prestataires.

DGCNET, comme plusieurs agences et webmasters, collaborent depuis des années avec le géant OVH, par l’acquisition de serveurs et de solutions d’hébergement revendus au Sénégal auprès de notre clientèle. Cette revente s’accompagne d’un conseil de proximité et d’un accompagnement afin d’engager nos clients sur la voie d’une communication interactive aux normes. Cela a été possible grâce à la fiabilité technique de OVH, qui a été jusque là un partenaire exceptionnel pour les professionnels du secteur.

Le dynamisme des acteurs du secteur web a impulsé le Sénégal comme un partenaire de choix auprès des hébergeurs européens comme OVH, Amen, NFrance, etc., qui ont rajouté l’extension .sn sur leurs listes depuis des années, afin d’en faciliter le transfert.

Aujourd’hui le marché de l’hébergement web en forte croissance, ne bénéficie d’aucune réglementation, d’où un manque total de protection des PME qui ont pu développer une économie autour de ces services en mettant à la disposition de la clientèle locale des offres importées et personnalisées pour leur besoin. Ces PME locales, ne disposant pas de moyens leur permettant d’installer des Datacenter et des infrastructures d’hébergement capables d’offrir un bon rapport qualité/prix, se sont tournés vers des méga-hébergeurs comme OVH (7.600.000 sites hébergés, 65.000 serveurs dédiés) afin de bénéficier des performances de leurs plateformes et de la fiabilité de leur services.

Ce qui signifie que les services d’hébergement proposés au Sénégal sont de normes internationales et correspondent exactement à ce qui est proposé en Europe.

Un développement de ce secteur passera par des partenariats avec les grands noms de l’hébergement européens en termes de renforcement des capacités techniques des acteurs locaux et de développement d’offres revendeur, afin d’accompagner la dynamique qui a déjà été amorcée.

L’implantation de filiales commerciales de ces multinationales avec pour mission la vente des services à prix discount, installera une concurrence qui ne laissera que 2 choix aux acteurs locaux : s’allier ou disparaitre.

Aujourd’hui l’offre d’OVH propose directement à notre clientèle des services, promos et tarifs qui ne sont applicables par aucun prestataire local. Ces offres seront contractées directement entre OVH et les clients finaux sénégalais qui auront toutes les raisons de s’aligner.

Nos entreprises, a défaut de bénéficier d’accompagnement, ont besoin de protection de la part des institutions et organisations, qui doivent s’assurer d’une équité totale dans les rapports de partenariat et de coopération, afin d’assurer une meilleure stabilité du marché et une pérennité des emplois générés par ces secteurs émergents.

Ces dispositions sont déjà appliquées dans la zone Europe avec des mesures de protection des entreprises à tous les niveaux. Dans le cadre de leur politique économique, certains pays européens ont contraint Google Adwords à bloquer automatiquement les affichages de publicités étrangères liées à certains mots clés, afin de protéger leurs entreprises de la délocalisation et de la concurrence déloyale (exemple : « externalisation », « developpement offshore », etc.) : https://adwords.google.fr/select/ts...

Les grands hébergeurs ont joué un rôle important dans le développement du secteur de l’hébergement web au Sénégal mettant à notre disposition tous les outils techniques nécessaires pour une bonne redistribution sur le marché par les prestataires locaux. Ce dispositif a bien fonctionné jusque là avec des alliances qui durent depuis 10 ans. Chaque partie (client, revendeur, fournisseur) y trouvant son compte et sa satisfaction.

Cette nouvelle volonté des multinationales a venir s’implanter au cœur des marchés de leurs revendeurs, brise le pacte de confiance et ouvre l’ère d’une monopolisation prochaine du secteur au détriment des PME et TPE.

L’hébergement web étant un service de dépendance (abonnement) plus de vigilance s’impose.

Daouda Guindo
Gérant DGCNET
http://www.dgcnet.com/

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)