twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Libéralisation et environnement des affaires : Faire des Tic le moteur de la croissance

mardi 11 novembre 2008

La libéralisation des services Technologies de l’information et de la communication (Tic) constitue un domaine important pour le développement économique. Toutefois, elle est, encore peu explorée en Afrique de l’Ouest. C’est ce qui a inspiré le département Tic de l’Institut Panos Afrique de l’ouest (Ipao) a initié le projet « Libéralisation internationale du commerce des services TIC : enjeux pour le secteur privé et implications pour la mise en oeuvre de politiques publiques en Afrique de l’Ouest (LICOM) ».

Cette initiative permettra à terme de créer un climat d’affaires favorable aux entreprises de la sous-région.

L’Afrique représente 2% du commerce mondial. Ce pourcentage est tellement effarent qu’il a suscité l’initiative d’organismes, de chercheurs, d’acteurs du secteur privé et des journalistes afin de booster les économies à travers une libération du commerce des services Technologies de l’information et de la communication (Tic).

C’est dans le cadre du projet « Libéralisation internationale du commerce des services TIC : enjeux pour le secteur privé et implications pour la mise en oeuvre de politiques publiques en Afrique de l’Ouest (LICOM) » initié par l’Institut Panos Afrique de l’ouest et financé par le Crdi que ces acteurs de divers horizons se sont retrouvés au début de ce mois de novembre à Touba Dialaw (70 km de Dakar) pour jeter les bases de la recherche et surtout de la méthode à utiliser dans ce travail.

Cette initiative a pour but de « contribuer à une meilleure connaissance des enjeux internationaux de la libéralisation du commerce des services TIC, afin de faciliter la formulation de politiques publiques favorables au développement du secteur privé TIC et des TIC en Afrique de l’Ouest ». L’atteinte de cet objectif implique une recherche multidimensionnelle dans une période de deux ans et surtout une mobilisation de l’ensemble des acteurs de l’économie aussi bien pouvoirs publics, opérateurs économiques, communicateurs que société civile.

Le projet, qui comprend quatre pays cibles dont le Sénégal, le Bénin, le Ghana et le Nigéria, permettra de mieux comprendre les enjeux et les conditions de mise en oeuvre de la libéralisation du commerce des services TIC dans la région et de proposer des éléments de stratégies pour l’action publique. « Les questions nationales et régionales conditionnant une libéralisation efficiente, pour le bénéfice du secteur privé régional et l’ensemble de la société, seront étudiées, comme également, l’adoption et la mise en oeuvre des accords internationaux à la base de la libéralisation (en particulier l’Accord Général sur le Commerce des Services (AGCS)) ainsi que leurs impacts sur l’économie des pays cibles, y compris sur le secteur privé, seront passées en revue », a indiqué le document de cadrage

Cette initiative va, en fait, déboucher sur des recommandations seront élaborées à l’attention des décideurs publics et des acteurs du secteur privé, afin que les opportunités de la libéralisation soient concrétisées et que les décideurs puissent mieux participer aux futures négociations. Des activités d’information et de capitalisation seront organisées, afin de favoriser un renforcement des capacités et une compréhension d’où l’implication des médias dans ce projet.

Une telle œuvre ne pourra être réalisée sans une bonne imprégnation du cadre législatif et réglementaire des différents pays visés mais aussi de grands ensembles comme la CEDEAO, l’UEMOA et d’autres accords et traités internationaux. C’est d’ailleurs ce qui explique l’objectif d’identifier et d’analyser les dispositifs législatifs clés régissant la libéralisation des TIC. Ce qui va amener les experts à présenter une caractérisation du secteur des services TIC en Afrique de l’Ouest et d’étudier l’état et les enjeux de la libéralisation du commerce des services TIC avant d’évaluer les coûts, avantages de la libéralisation des services TIC dans le contexte de l’AGCS pour enfin favoriser la dissémination et l’appropriation collective par les différents acteurs (décideurs politiques, acteurs du secteur privé des TIC, société civile, y compris les médias, etc.)

Cet atelier a réuni des équipes de recherche, du secteur privé, de juristes et des journalistes venant des quatre pays cibles Ghana, Nigeria, Bénin et Sénégal.

Ibrahima Lissa Faye

(Source : Sud Quotidien, 11 novembre 2008)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)