twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Libéralisation des télécoms : L’intersyndicale veut la limitation des opérateurs

samedi 7 août 2004

La réussite de la libéralisation du secteur des télécommunications passe par une limitation du nombre d’opérateurs de façon « à garantir la profitabilité donc la rentabilité » du secteur. L’intersyndicale Sonatel/Acson, au cours de la conférence de presse tenue hier, reste convaincue que la réussite de cette libéralisation est tributaire du maintien du nombre des opérateurs à trois, vue la taille du marché sénégalais. De ce fait, elle propose des formules qui vont d’un duopole Sonatel-Sentel, à un trio-pole Sonatel + nouvel opérateur + Sentel, ou encore un duopole Sonatel + combinaison (Sentel + investisseur nouveau), avec « la prise en compte de l’entrée du privé local dans le capital de l’opérateur élu ».

De plus, l’intersyndicale a dégagé un certain nombre d’axes qui, à son avis, devraient permettre une bonne gestion de la libéralisation et serviraient à « apaiser les inquiétudes et montrer la volonté de l’Etat de faire profiter à tous les Sénégalais des fruits de la libéralisation ». Elle pense ainsi que l’Etat du Sénégal devrait orienter ses prochaines actions vers certaines directions. Il s’agit d’abord de la définition d’une lettre de politique sectorielle, après en avoir discuté avec tous les acteurs, la révision de certains textes que l’Etat aurait publiés en douce. Ce disant, l’intersyndicale pense à la loi sur les redevances pour les fréquences et les numéros. Il y a également la définition d’un cahier des charges ambitieux après une discussion entre l’Etat et l’opérateur historique qu’est la Sonatel, pour un développement de la télé-densité en zone urbaine.

Par ailleurs, l’intersyndicale estime que sa vision de la libéralisation se trouve confortée par les études menées sous l’égide de l’agence de régulation des télécommunications (Art), et qui ont conclu que la réussite de cette politique de libéralisation repose entre autres, sur le choix d’une licence d’opérateur global, solvable et ayant des références internationales. De plus, l’Etat devrait définir de façon claire une politique de partenariat avec les opérateurs privés, mais aussi outiller l’Art de manière à ce qu’elle puisse assumer le rôle qui lui est dévolu, ainsi que le maintien de l’Etat dans le capital de la Sonatel.

Et pour finir, les syndicalistes tirent la sonnette d’alarme en affirmant que « les offres commencent à pleuvoir : attention aux aventuriers !!! » Stagiaire

Mame W. THIOUBOU

(Source : Le Quotidien 7 aout 2004)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)