twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les sites des institutions de la République face à la contrainte des mises à jour

mardi 7 juillet 2015

Les sites des institutions de la République ou de l’Administration sénégalaise en général, sont la plus part du temps gérés de façon communicationnelle, qu’informative.

La première plateforme à souffrir de ces égards, c’est le site gouv.sn. Sur cette plateforme, on remarque que les dates des articles ne sont pas mentionnées en bas de page. Souvent, ce sont des informations qui datent d’une semaine même d’un mois.

Allez vite sur gouv.sn et regardez sur la rubrique Actualité ! On note que la dernière mise en ligne sur le programme d’urgence de développement communautaire PUDC, n’informe pas sur sa mise en ligne moins sur son auteur. C’est à se demander si véritablement il y a des professionnels du web derrière ses sites web.

Pourtant une telle plateforme sensée contenir des données d’institutions gagnerait plus à être plus dynamique aussi bien sur la forme que sur le fond.

Pour le site www.cnri.sn, c’est pire encore. La plateforme est moins dynamique, la dernière actu remonte à octobre 2014 avec un entretien du ministre conseiller Ismaïla Madior Fall, encore heureux qu’il y ait une date mais quel décalage horaire ! Constate-t-on à vue d’œil.

Passez au site de l’IGE ! On peut bien être moins exigent mais on reste sur sa fin car il n’y a aucune actu ni de dernière nouvelle, mais encore une fois la présentation du site est assez agréable.

Sur le site du journal officiel du gouvernement , c’est le même décor. Il n’est pas plus actuel qu’une dépêche envoyée par bateau.

Par contre le site du service administratif est plus simple et fluide. Au moins on peut se limiter à l’information des procédures administratives sur la préoccupations des citoyens.

Le site de l’ADIE aussi n’échappe pas à la règle. L’actualité la plus récente date du 1er juin 2015. Un légère progression par rapport aux autres sites, mais toujours est-il que les sites des institutions de la République sont péniblement mis à jour avec tout ce que cela représente pour une Nation. C’est encore à se demander qui gère ces plateformes et comment ?

(Source : Social Net Link, 7 juillet 2015)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)