twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les non dits de la portabilité des numéros téléphoniques au Sénégal

jeudi 3 septembre 2015

Le Sénégal est entré dans l’ère de la portabilité des numéros téléphoniques ce 01 septembre 2015. Une option qui est à saluer car permettra à tous les consommateurs de pouvoir migrer vers un opérateur tout en gardant leur numéro de téléphone. Un projet très cher à l’ARTP mais qui cache en réalité, des nons dits pour le consommateur Sénégalais.

Ce dernier, dans sa philosophie de simple consommateur ne se rend pas compte des nouveaux changements qui seront opérés lors de la portabilité des Numéros. La seule info disponible, est l’option de pouvoir changer d’opérateur. Une œillère qui cache le vrai sens de la portabilité dans un environnement où la médiocrité de la qualité de service des opérateurs est un secret de polichinelle malgré toutes les infrastructures qui sont mises en place.

Partant de ce constat, le consommateur qui a longtemps décrié cet aspect fera encore face à des “opérativors” qui se sucreront sur leur dos.

La tarification des appels, le nœud de la portabilité

La portabilité va poser le débat de la tarification qui sera infligée aux clients lors de la portabilite du numéro. Les opérateurs vont profiter de cette brèche pour fixer leurs prix. Déjà, la concurrence entre les opérateurs coûte très chère aux consommateurs. Ce dernier, parfois, est obligé de faire des calculs avant d’émettre un appel vers un autre opérateur.

Par exemple, un abonné Tigo qui veut joindre son correspondant abonné à Orange ou Expresso est conscient du coût de son appel. Ce qui n’est pas le cas quant il appelle vers un abonné du même réseau. Cette concurrence va tout simplement s’amplifier, car le consommateur ne saura pas exactement combien il devra payer et à quel opérateur son correspondant est abonné. Ce qui causera forcement la guerre des prix entre opérateurs.

La portabilité …une roue qui se recrée

A l’heure où on assiste à l’apparition des terminaux doubles sim ou triples sim, était-il nécessaire de lancer la portabilité au Sénégal. La réponse est claire . “ Il n’ y avait pas une opportunité pour mettre en place la portabilité dans un pays où il existe déjà des multi Sim. Cette option en elle même représente une sorte de portabilité. Ce n’est vraiment pas une nouveauté “ explique un ingénieur informatique qui a bien voulu garder l’anonymat. Par ailleurs, les consommateurs feront face à un chamboulement dans la mesure où ils ne vont plus identifier l’opérateur avec le préfixe du numéro. La portabilité sera très difficile à appliquer sur le plan technique si les consommateurs adoptent l’option de la double portabilité qui consiste à partir de votre opérateur actuel avec votre numéro chez un autre opérateur, y rester quelques heures et revenir chez votre opérateur en tant que nouveau client tout en gardant votre numéro comme l’explique le site degroupnews Une étude préalable de marché pour évaluer les besoins des consommateurs en matière de potentiel aurait suffit pour identifier les catégories de consommateurs susceptibles de demander le service.

(Source : Social Net Link, 3 septembre 2015)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)