twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les nationaux se rebellent contre l’alliance déloyale Total-Orange : L’essence de la colère

vendredi 27 juin 2014

Dans le secteur des hydrocarbures, les règles de la concurrence sont jugées fausses depuis que le partenariat Orange-Total a vu le jour au grand dam des opérateurs sénégalais. Ces derniers réfléchissent sur un plan d’actions pour rétablir ce qu’ils considèrent comme un déséquilibre.

Les entrepreneurs sénégalais des hydrocarbures sont sur le pied de guerre. Et pour cause, le partenariat Orange money-Total qui a « déréglé » le marché de la distribution du carburant au Sénégal. Un collectif composé de membres de l’Association sénégalaise des professionnels du pétrole (Aspp) a organisé hier une rencontre, dans le but de mettre en place un plan d’actions à court terme. Ils veulent arriver à rétablir l’équilibre du marché. Depuis que le groupe Total jouit des faveurs d’Orange money sur les achats de carburant, sa part de marché est passée de 12 à 23 %, selon Ameth Guissé, le directeur général de Maack petrolum company. Le vice-président de l’Aspp estime qu’« Orange money est en train de subventionner Total ». Or, s’accorde-t-il avec ses pairs, les prix à la pompe sont homologués par l’Etat.

A propos du plan d’actions, des démarches administratives et judiciaires ont été agitées. Des participants ont proposé de saisir la société de téléphonie pour avoir une confirmation qu’il s’agit d’une exclusivité ou l’offre de services faite à Total est accessible à tous les opérateurs des hydrocarbures. Du moment où le monopole est banni dans le secteur depuis sa libéralisation en 1998, il convient aux pétroliers sénégalais de s’attacher des services d’un conseiller juridique pour étudier les possibilités d’une action judiciaire. Au-delà, l’Etat a été interpellé dans son rôle de régulateur du marché. « Qu’est-ce qu’une société de téléphonie est venue faire dans le secteur. Le ministère en charge de l’Energie ne peut pas rester silencieux face à un tel problème. Et rien ne vient du ministère », s’émeut un propriétaire de réseau de stations d’essence. Le Comité national des hydrocarbures est également interpellé.

En 2013, la part des indépendants sur le réseau terre a chuté à 33% à cause du rachat de Touba Oil par Total. Cela a freiné une croissance nette de la part des pétroliers sénégalais qui n’a cessé d’augmenter depuis 2005. Ce phénomène risque de s’accentuer davantage avec le monopole accordé à Total pour l’édification de stations d’essence sur l’autoroute à péage.

Birame Faye

(Source : le Quotidien, 27 juin 2014)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)