twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les leçons à tirer de la faute d’orthographe de Macky Sall

samedi 13 janvier 2018

Nul n’est infaillible, fut-il président de la République ! Dans son tweet lancé le 12 janvier 2018, à 15h 17mn, Macky Sall, qui condamnait à juste titre les propos injurieux du président américain, Donald Trump, contre l’Afrique et Haïti, a écrit que « l’Afrique et la race noire mérite le respect et la considération de tous. »

L’oubli des lettres n et t, qui devaient accorder le verbe mériter, a affolé la toile, suscité commentaires, railleries voire indignations.

Il est vrai que cette coquille est malvenue dans un tweet re-tweeté 5 627 fois (à 16h 52 ce samedi 13 janvier), et qui a donc fait le tour du monde en quelques heures. D’autant que cette prise de position forte d’un chef d’Etat africain contre son homologue américain est, par la rareté des précédents, un moment de communication fort pour Macky Sall.

Ce dernier n’est toutefois pas fautif. On ne saurait demander à un chef d’Etat d’être expert en orthographe. Il y’a des personnes payées par l’Etat du Sénégal pour l’être. La charge de président de la République, personnalité centrale sur laquelle tous les gros acteurs et grands enjeux agissent, dédouane son titulaire de la gestion du détail. Ce tweet est révélateur de l’incompétence de la cellule de communication de la présidence. Laquelle devait mettre en place une procédure de nature à valider tous les tweets du président avant leur diffusion. Celui-ci a beaucoup trop à faire pour s’occuper d’une correction en français.

La faute d’orthographe est d’autant plus grave qu’elle intervient après d’autres impairs… Notamment ce compte-rendu du conseil des ministres dans lequel une quinzaine de fautes avaient été dénichées.

Sous Macky Sall, c’est un euphémisme de dire que la communication présidentielle laisse à désirer. Le portail de la présidence est d’un niveau ordinaire. Les discours du président de la République sont des compilations d’adverbes et de formules redondantes. Il n’y a, dans le verbe présidentiel, ni esprit, ni humour, ni culture générale, ni trait de style… Les allocutions du chef de l’Etat dégagent de lui le profil d’une armoire à glace qui n’exprime nulle émotion et aucune forme d’humanité. Or, le lyrisme, le cœur, la fantaisie, les effets de style… font le sel du verbe.

En un mot comme en mille, la coquille sur ce tweet est le signe brutal d’une faiblesse de communication et d’un déficit de stratégie d’image caractéristiques de l’ère de la deuxième alternance. Des lacunes d’autant plus à corriger que Macky Sall est le premier produit qui brande la marque Sénégal. Tout impair sur sa com rejaillit négativement sur l’image de notre pays.

Cheikh Yérim Seck

(Source : YérimPost, 13 janvier 2018)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)