twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les femmes dénoncent leur marginalisation dans les technologies de l’information et de la communication

vendredi 1er août 2003

La journée de la Femme africaine, célébrée jeudi à Dakar, a été l’occasion pour les mouvements de défense des droits des femmes de dénoncer la ’’marginalisation’’ de la gent féminine dans les Technologies de l’information et de la communication (TIC).

’’L’accès équitable aux moyens d’informations et de communication est une contribution à la démarginalisation des femmes et au renforcement de leur pouvoir économique et politique’’, a déclaré Mme Seynabou Guèye Tall, chargée de programmes au Fonds des nations unies pour les femmes (UNIFEM) à Dakar.

S’exprimant lors d’une table ronde sur la problématique ’’femmes sénégalaises dans la société de l’information : enjeux et perspectives’’, Mme Tall a souligné que ’’les femmes, à cause de leurs multiples rôles et leurs contributions à la lutte contre la pauvreté, doivent avoir accès et participer aux politiques et décisions sur les TIC qui sont devenues aujourd’hui des instruments, des moyens, des passerelles incontournables de développement’’.

La chargée de programmes à l’UNIFEM a également fait remarquer qu’’’aujourd’hui à l’heure de la fracture numérique, les femmes et les filles sont particulièrement exposées aux risques d’exclusion ou de marginalisation par rapport aux opportunités d’amélioration des conditions de vie et de promotion de leurs droits humains’’.

Mme Tall a aussi mis l’accent sur la nécessité de prendre des mesures particulières dans les domaines du plaidoyer et de l’adoption de politiques et règlements destinés à réduire les discriminations et les barrières qui empêchent les femmes de bénéficier des opportunités qu’offrent les TIC, ainsi que le renforcement des capacités et des savoirs pour accroître leur participation dans les TIC.

L’édition 2003 de la journée de la Femme africaine a été organisée par l’Association sénégalaise des femmes diplômées des universités (ASFDU), du Réseau genre et TIC (Regentic) et de l’Association des chercheurs sénégalais (ACS) avec l’appui de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) et du Fonds de développement des nations unies pour les femmes.

(Source : APS 31 juillet 2003)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 534 038 abonnés Internet

  • 10 531 260 abonnés 2G+3G+4G (97,58%)
    • 2G : 29,14%
    • 3G : 54,77%
    • 4G : 16,08%
  • 101 090 clés et box Internet (0,96%)
  • 151 915 abonnés ADSL/Fibre (1,47%)
  • 1781 abonnés bas débit (0,02%)
  • 2778 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 570

- Taux de pénétration des services Internet : 66,98%

(ARTP, 30 septembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 225 643 abonnés
- 183 331lignes résidentielles (81,25%)
- 42 312 lignes professionnelles (18,75%)
- Taux de pénétration : 1,4352%

(ARTP, 30 septembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 398 285 abonnés
- Taux de pénétration : 110,63%

(ARTP, 30 septembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)