twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les coupures administratives d’internet coûtent cher à l’Afrique

vendredi 29 septembre 2017

Les coupures administratives d’internet ont coûté depuis 2015 l’équivalent de 200 millions d’euros aux pays d’Afrique subsaharienne, a révélé vendredi une étude, qui dénonce le recours croissant des gouvernements aux interruptions « politiques ».

Au moins 12 pays ont eu recours à ces mesures, le plus souvent avant des élections ou en périodes de manifestations, selon le rapport dévoilé à Johannesburg par la Cipesa (Coalition pour les politiques internationales sur les technologies de la communication et de l’internet en Afrique australe et de l’Est).

La dernière de ces mesures a été ordonnée au Togo, où internet a été interrompu alors que l’opposition multiplie depuis des semaines les manifestations contre le régime.

« Les coupures d’internet, même de courte durée, perturbent la croissance économique, interrompent des services essentiels, minent la confiance des investisseurs et dégradent l’image du pays », a résumé la Cipesa.

« Les gouvernements africains devraient s’interdire ce genre de fermetures », a insisté l’organisation.

Selon ses calculs, les 36 jours d’interruption administrative du web ordonnée depuis 2015 en Ethiopie ont coûté au pays 123 millions de dollars (environ 103 millions d’euros).

Le coût des coupures imposées pendant 93 jours par les autorités de Yaoundé aux deux provinces anglophones du Cameroun, agitées par des manifestations en faveur de leur autonomie, a été évalué à 38 millions de dollars (31 millions d’euros).

Des mesures similaires ont été récemment décrétées à la veille des examens nationaux en Ethiopie, pendant les élections au Tchad, au Gabon ou en Ouganda et pendant des vagues de contestation populaire en République démocratique du Congo (RDC), au Burundi, en Ethiopie et au Togo.

Au total, l’accès au réseau internet a été coupé pendant 236 jours cumulés en Afrique ces deux dernières années.

« Bien loin de favoriser la stabilité (…) en période de manifestations, élections ou examens, ces mesures mettent en danger l’activité économique et empêchent le retour à l’ordre normal », a insisté le rapport de la Cipesa.

(Source : Mali Actu, 29 septembre 2017)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)