twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les TICs constituent un facteur d’intégration, selon Abdoulaye Diouf Sarr

vendredi 11 septembre 2015

Les télécommunications servent de leviers pour lutter contre le sous développement, la pauvreté et le chômage tout en étant un facteur d’intégration et un moyen de rapprochement entre les peuples a déclaré, mercredi, à Dakar Abdoulaye Diouf Sarr ministre de la gouvernance locale de l’aménagement du territoire et du développement.

Abdoulaye Diouf Sarr ministre de la gouvernance locale de l’aménagement du territoire et du développement.

Il s’exprimait au nom du ministre des télécommunications et des postes en marge du Forum sur le développement de la région Afrique de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT). Cette rencontre sera l’occasion de faire l’état des lieux des plans d’action de la conférence mondiale pour le développement des Télécommunications (CDMT) tenu à Dubaï en 2014 .

Selon M. Sarr, le forum sur le développement constitue un espace de dialogue de haut niveau entre le Bureau de Développement des Télécommunications (BDT), les décideurs africains, et les autres entités membres du secteur. Les objectifs visés sont de partager les meilleures pratiques, des expériences dans la mise en œuvre des initiatives régionales pour la région Afrique.

Le forum régional de développement pour l’Afrique discutera en détail des cinq initiatives régionales approuvées pendant la CMDT 2014 parmi lesquelles le renforcement des capacités humaines et institutionnelles, le renforcement et l’harmonisation des politiques et cadres réglementaires pour l’intégration des marchés des télécommunications, la gestion du spectre et le passage à la radiodiffusion numérique ...

Selon Abdou Karim Sall , le directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) , le continent africain avec ses énormes potentialités et un marché de plus de 700 millions d’abonnés mobiles a besoin de construire un réseau de haut débit , d’adapter son cadre règlementaire afin de faire face au développement de nouveaux services tels que le mobile money, le commerce électronique et autres services innovants des technologies de l’information et de la communication.

Ndéye Maguette Kébé

(Source : Le Journal de l’économie sénégalaise, 11 septembre 2015)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)