twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les Sénégalais invités à la modération dans l’utilisation des nouvelles technologies

lundi 20 octobre 2014

Le président de la Commission des données personnelles (CDP), le Docteur Mouhamadou Lo, a invité lundi les Sénégalais, à faire preuve de modération dans l’utilisation des nouvelles technologies, notamment de l’Internet.

Le Dr Lo intervenait lors d’une rencontre avec le Réseau des journalistes spécialistes en technologies de l’information et de la communication.

‘’Il faut que les Sénégalais soient conscients qu’il y a des dangers liés aux nouvelles technologies de l’information et de la communication. Il y a danger pour leur vie, danger pour leur économie, danger pour leur pays’’, a-t-il déclaré.

Il a rappelé que ‘’la protection des données personnelles a plusieurs enjeux’’, estimant que ‘’les gens doivent savoir qu’il y a des comportements à adopter quand on utilise les nouvelles technologies’’.

‘’Les Sénégalais doivent faire attention dans leur approche, dans leur utilisation des nouvelles technologies, notamment ceux qui utilisent Internet et de manière spécifique les réseaux sociaux’’, a-t-il conseillé.

De son côté, Ismaila Camara, le président du Réseau des journalistes spécialistes en technologies de l’information et de la communication (TIC) met en garde contre la publication inconsidérée d’images sur les réseaux sociaux.

‘’Parfois, on peut avoir une photo sur Facebook, Twitter, Google, et cette photo nous est fatale. Elle peut même nous coûter un emploi, parce qu’elle a été prise à un moment d’égarement, où peut-être nous n’étions pas au courant qu’on est filmés. Et aujourd’hui avec Internet, ça va vite’’, a-t-il fait observer. Il appelle les internautes à arrêter de ‘’s’exposer, de divulguer des informations qu’ils n’oseraient jamais révéler en face d’une personne physique’’. Selon lui, devant un clavier, on peut en arriver à dire certaines choses ‘’sur sa vie familiale’’ et ‘’son environnement’’. Mais ‘’c’est dangereux’’, a-t-il prévenu. Les échanges au cours de la rencontre entre la CDP et le Réseau des journalistes spécialistes en TIC ont surtout porté sur le ‘‘droit à l’oubli sur Internet’’ et sur la ‘‘souveraineté numérique’’.

‘’Aujourd’hui, Google n’est pas disposé à offrir ce droit à l’oubli aux Sénégalais, qui est un droit acquis en Europe depuis l’arrêté de la Cour de justice européenne, permettant à tout usager, s’il le désire, d’établir une demande pour que ses données personnelles puissent être retirées par Google sous certaines conditions’’, a expliqué Ismaila Camara.

Il a signalé que ‘’la CDP a mis en place un réseau focal avec lequel il travaillera sur cette question pour que les Sénégalais puissent bénéficier du droit à l’oubli numérique sur Internet’’.

‘’Quant à la souveraineté numérique, depuis l’éclatement de l’affaire Edward Snowden [informaticien américain ancien employé de la CIA et de la NSA] qui avait révélé un vaste programme de piratage de l’Agence nationale de sécurité américaine, aujourd’hui, toutes les nations savent qu’elles ne sont pas à l’abri d’une attaque informatique. Nous avons échangé avec le président de la CDP sur cette question qui est importante pour l’avenir de notre pays’’, a-t-il poursuivi.

La CDP est une autorité administrative indépendante instituée par la loi n° 2008-12 du 25 janvier 2008 portant sur la protection des données à caractère personnel.

Elle a pour mission d’informer et de promouvoir le droit de la protection des données personnelles tant dans le secteur privé que public, ainsi que de veiller à la protection des citoyens contre l’utilisation abusive de leurs données personnelles.

Sa tâche consiste aussi à contrôler la conformité à la législation des traitements portant sur les données personnelles et d’accompagner les pouvoirs publics pour l’émergence d’une économie numérique performante.

(Source : APS, 20 octobre 2014)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 100 000 utilisateurs
- Taux de pénétration de Facebook : 32%

(Facebook Ads, décembre 2018)