twitter facebook rss

Ressources

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Les Privatisations en Afrique, l’exemple de la Sonatel au Sénégal

jeudi 23 décembre 2004

LES RAISONS ET LES OBJECTIFS DONNES PAR L’ETAT DU SENEGAL sont de :

- développer le téléphone très rapidement pour parvenir à un ratio de 1 téléphone pour cent habitants alors qu’il etait d’ 1 pour 1000 habitants en 1995,
- mobiliser et orienter l’épargne publique et privée vers des secteurs productifs,
- accélérer l’évolution technologique de notre réseau pour faire face à l’essor des N.T.I.C.
- trouver un partenaire stratégique sûr et fort capable de garantir nos parts de marché et d’en créer d’autres.

LES RAISONS POUR LESQUELLES LES SALARIES AVAIENT ACCEPTE D’ACCOMPAGNER LE PROCESSUS DE PRIVATISATION

- La montée de la déréglementation,
- Une mondialisation d’essence libérale trop rapide face à un secteur des telecoms spécifiquement ouvert sur le monde,
- l’échec de l’état en tant que gestionnaire public,

LE PROCESSUS DE PRIVATISATION :

La privatisation de la Sonatel fut consacrèe définitivement à la surprise générale après le vote de la loi 95-25 du 29/08/95 par l’assemblée Nationale du Sénégal. Ainsi, l’entreprise phare du Pays allait sans nul doute ouvrir son capital à un partenaire stratégique pour les raisons invoquées plus haut, alors que dans la pratique en Afrique, c’est plutôt les entreprises en difficultés qui étaient systématiquement privatisèes. Mais l’état sénégalais avait décidé de passer rapidement à l’action malgré l’avis défavorable pour une fois de la Banque Mondiale qui a marqué son désaccord pour l’ouverture du capital de la Société Nationale des Télécommunications du Sénégal. L’Etat du Sénégal était sans nul doute dos au mur au moment ou elle voulait cette privatisation.

Jugez du contexte :

La dévaluation du franc CFA intervenues un an plus tot, lesnombreuses politiques d’ajustement structurels édictés depuis Bretton Wood, la gabegie et la mauvaise gestion des entreprises publiques généralement confiées à des politiciens en mal de popularité, la sécheresse persistante ont fini de mettre les finances publiques à genoux. Complétant la gamme, les détournements et les mauvais choix d’investissement ont fini d’ assécher les caisses de l’état.

Après moult rééchelonnement du service de la dette par le Club de Paris, l’état sénégalais pour renflouer ses caisses avait choisi de privatiser 23 sociétés nationales. Dans un premier temps, la Sonatel ne figurait pas sur cette liste. Mais plusieurs mois après le lancement de l’appel d’offres, les investisseurs se faisaient désirer pour entrer dans le capital de ces sociétés qui étaient soit trop exsangues ou n’offraient aucune perspective de rentabilité immédiate ou à cours termes. L’Etat se décida donc à ouvrir le Capital de la Sociéte nationale des télécommunications. A peine l’appel d’offres lancé que les investisseurs se bousculaient au Ministére de l’Economie et des Finances maître d’oeuvre. Parmi ceux la on distingue : France Télécom par sa filiale France Câbles Radio, Télia le consortium suédo - américain, les opérateurs nationaux d’ Arabie Saoudite, d’Afrique du Sud, de Malaisie, du Maroc etc...

Ce furent les suédois qui firent la meilleure offre financière et technique,suivie de F.C.R. Mais la meilleure offre financière fut faite par les saoudiens qui furent récusé pour la faiblesse de leur offre technique.

Les négociations entre l’état et Télia vont buter pendant plusieurs mois sur la durée de la concession. En effet, alors que l’état du Sénégal voulait une concession sur vingt ans, les Suédois voulaient se contenter d’une concession sur 7 ans. L’Etat finira par récuser le groupe suédois après plusieurs séances de négociations infructueuses. Pour le Gouvernement du Sénégal, une concession sur 7 ans n’encouragerait pas d’investissements lourds de la part du partenaire. L’Etat fit donc appel à France Câbles Radio second sur la liste qui accepta d’emblée la concession sur 20 ans et accepta d’aligner son offre financière sur celle de Télia qui se montait à 70 milliards de fcfa représentant 33 % du capital de la Sonatel. Les deux parties s’accordèrent également sur la libéralisation du secteur pour 2004.

L’ état sénégalais venait ainsi d’empocher sa meilleure opération de privatisation depuis que notre pays existe et ceci grâce surtout à la vigilance et au sens des responsabilités des organisations syndicales qui par leur participation et l’expertise qu’ils ont apportée à l’état, ont évité pour une fois qu’un pan important de notre potentiel économique ne soit bradé au profit de super puissances avides de nos maigres ressources.

Ainsi la géographie du Capital de la nouvelle société se présentait comme suit : 34 % à l’état , 33 % à France Télécom, les travailleurs détenaient 10 %, 5 % avait été retenu pour un opérateur africain dans le cadre de la politique d’intégration économique sous régionale, le reste appartenait aux collectivités locales et aux personnes physiques. Mais deux années plus tard, à la veille d’élections capitales, l’état allait céder sous la table 9 % à F.T. Qui du coup en totalisait 42 % et devenait de fait l’actionnaire majoritaire. Les raisons de cette cession n’ont pas été donné mais les conséquences pourraient être fâcheuses car depuis lors la marge de manouvre du partenaire est beaucoup plus grande.

Je ne vais pas m’étendre ici sur lutte impitoyable engagée par l’Intersyndicale pour obtenir 10 % pour les salariés. Sachez seulement que cela a nécessité plusieurs journées de grève et des ponctions amères sur les salaires des agents pour les dites journées.

LE COMPORTEMENT DE F.C.R. (France Cables et Radio) A LA SONATEL.

La puissance et la détermination des organisations syndicales l’ont obligé à revoir ses ambitions à la baisse tant envers le personnel local qu’au nombre de cadres expatriés qui a été réduit à sa plus simple expression avec des salaires assez raisonnables. En interne F.T a régulièrement boudé les organisations syndicales et leurs revendications se cantonnant à son travail de management.

Cependant, nous ne lui avons pas permis non plus de se dérober face aux exigences d’investissement même si on peut dire qu’ils ont été beaucoup plus importants dans les villes qu’à la campagne.

F.T. Vient de mettre en place une nouvelle politique appelée "TOP SOURCING" qui semble inquiéter les Autorités sénégalaises . Cette politique consiste à une globalisation de l’approvisionnement des filiales qui doivent s’adresser d’abord à FT pour toutes leurs commandes d’équipement et de matériel télécom avant d’aller voir ailleurs. FT prétend que cela lui permet de commander gros et de négocier des prix favorables pour le Groupe.

QUEL LIEN ENTRE LES ORGANISATIONS SYNDICALES DU GROUPE F.T.

J’en viens donc à la dernière partie de mon intervention : comment réussir une véritable alliance de groupe. Le comité de groupe F.T, et l’alliance UNI des syndicats du groupe FT sont à pied d’euvre.

Nous proposons en plus de ces deux initiatives, la tenue de forum semestriels ou annuels avec l’ensemble des Administrateurs salariés du groupe en présence des secrétaires généraux des syndicats ou de leurs représentants et des responsables des relations extérieures.

Nous pensons que seuls les échanges fréquents et directs appuyés par une bonne communication entre les organisations du Groupe peut favoriser un brassage qui activera les solidarités et les convergences. Nous sommes prêts à engager des discussions au sortir de ce Séminaire pour les modalités pratiques de ces forums.

En tout cas je suis heureux de terminer en vous annonçant que le SYTS et l’INTER SYNDICALE de la Sonatel sont prêts à accueillir le premier forum des administrateurs salaries du Groupe avec leurs organisations syndicales au Sénégal dés 2004.

" UNIS NOUS VAINCRONS "

Je devais plutôt dire

" UNIS SOLIDAIRES ET DEMOCRATIQUES , NOUS VAINCRONS "

Je vous remercie .

Cheriff Younouss Dianté
Responsable des Relations Extérieures du SY.T.S (Syndicat National des Travailleurs de la Sonatel)

(Source : CSDPTT, 20 décembre 2004)

Post-Scriptum

Cette intervention a été prononcée dans le cadre du séminaire intitulé Télécom Bien public Mondial qui s’est tenu dans le cadre du Forum Social Européen de Paris en novembre 2003

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 251 251 251 236 236 236 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)