twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le téléphone mobile emploie plus de 5 millions de personnes en Afrique

samedi 1er juin 2013

Le développement de la téléphonie mobile en Afrique au cours de la dernière décennie a induit la création de nombreux métiers périphériques, les Call Box, les cabines téléphoniques et cybercafés, les fabricants, administrateurs, constructeurs de réseaux, gestionnaires de système, vendeurs de terminaux ou rapporteurs. Comme le fait observer le cabinet Fontier Economics, les opportunités de création d’emplois indirects dans le mobile sont particulièrement élevées en Afrique : « Les statistiques disponibles montrent que le mobile génère, pour un emploi direct, dix emplois indirects au Nigeria, 57 en Ouganda, 89 au Kenya, 98 en Tanzanie et 169 au Rwanda. »

Selon un rapport du Cabinet Deloitte commandé par GSM Association, une organisation mondiale qui gère les intérêts de 800 opérateurs de 220 pays, « on estime que l’écosystème mobile emploie, directement et indirectement, plus de 5 millions de personnes (en Afrique). L’Observatoire (du GSMA) estime cependant qu’il existe encore un important potentiel inexploité. 36% des Africains – au sein des 25 plus importants marchés africains de la téléphonie mobile – n’ont toujours pas accès aux services de téléphonie mobile. Les projections montrent que si un taux de pénétration de la téléphonie mobile de 100% était atteint, le PIB agrégé de la région pourrait augmenter de 35 milliards $, soit une hausse de 2%. » Et donc davantage d’emplois.

Grande marge de croissance

Illustration : au Nigeria, le secteur des télécommunications, et en particulier celui de la téléphonie mobile, est considéré comme le principal employeur (400 000 nouveaux emplois selon l’UIT).

Même tendance en Côte d’Ivoire où la demi-douzaine d’opérateurs de téléphonie mobile a démultiplié l’offre d’emplois dans le secteur, avec un peu moins de 3000 emplois directs et près de 200 000 emplois indirects. Sur le continent, plusieurs pays misent sur ce secteur, qui dispose encore d’une grande marge de croissance, pour développer de nouvelles offres d’emplois pour les jeunes diplômés, notamment dans les secteurs de l’innovation.

L’Algérie a ainsi mis en place un programme baptisé e-Algérie, financé à hauteur de 7 milliards de dinars par le Fonds d’appropriation des usages et de développement des TIC (FAUDTIC), incluant les réseaux et les télécommunications. Ce fonds va soutenir les projets de création de micro-entreprises, avec pour but de créer 100 000 emplois directs et 300 000 emplois indirects dans ce domaine. « Nous voulons les inviter à s’impliquer davantage dans l’économie nationale à travers l’installation d’usines, le transfert de savoir-faire et la formation », prévient le ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Moussa Benhamadi.

Au Kenya, où le secteur du mobile emploie déjà 250 000 personnes selon les statistiques du GSMA, le programme de développement des TIC à l’horizon 2017 prévoit la création de 500 nouvelles entreprises, principalement des sous-traitants des télécoms, avec à la clé 50 000 emplois.

Signe que cette tendance va se généraliser, en plus des emplois classiques, le secteur des centres d’appels du Sénégal, avec sa dizaine d’entreprises, emploie déjà plus de 2500 salariés.

En Tunisie, la même activité a déjà généré près de 12 000 emplois. C’est dire que dans ce secteur, le continent est loin d’avoir épuisé son potentiel de croissance et de génération d’emplois.

François Bambou pour le magazine Réseau Télécom n° 61

(Source : Agence Ecofin,1er juin 2013)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)