twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le nantissement des actions Sonatel finalement abandonné : L’État a bénéficié de concours financier de l’ordre de 130 milliards de francs Cfa

samedi 7 novembre 2009

Le nantissement de 9,8% des actions Sonatel sur lequel s’étaient accordés l’Etat et les travailleurs de la Sonatel, après l’abandon du très contesté projet de vente, n’a finalement pas eu lieu, L’Etat a bénéficié de concours financiers de l’ordre de 130 milliards de francs Cfa, dont plus de 50 milliards sous forme de dons et le reste sous forme d’appuis, après avoir accepté de réduire son budget.

L’État a bénéficié de concours financier de l’ordre de 130 milliards de francs Cfa de concours financiers. dont une partie sous forme d’appuis et « plus de 50 milliards sous forme de dons ». C’est la manne financière récoltée par le Sénégal en acceptant d’enterrer son idée de nantir les actions Sonatel, suite à l’opposition essuyée par son projet de les vendre. La révélation a été faite par Mamadou Aidara Diop, Secrétaire général du Syndicat des travailleurs de la Sonatel, qui révèle qu’« il y a une partie même de cet argent-là qui a été investie dans la remise à flot des travaux communément appelés chantiers de l’Anoci. C’est pourquoi vous avez vu qu’à un moment, donné les travaux ont vite redémarré. C’est une partie des dons, 50 ou 52 milliards ont été dirigés dans la finalisation de ces travaux ».

Le nantissement consistait à déposer les actions comme hypothèque, à emprunter de l’argent et les récupérer le moment venu après avoir rem­boursé. Toutefois, l’affaire n’est pas encore

bouclée. Car, selon M. Diop, « le problème reste encore. Parce que France Telecom n’a pas entière­ment abandonné ». C’est pourquoi il annonce que, dans les semaines à venir, ils vont déposer une plate-forme dont certains aspects sont la consoli­dation des positions de l’Etat, la renégociation du pacte d’actionnaire, la renégociation de la stratégie de croissance externe de Sonatel. Des correspondances dans ce sens vont même être adressées au Pdg de France Telecom et à l’Etat, « pour relancer le débat ». Un refus d’abandonner la vigilance que M. Diop justifie par le fait que « le nantissement est abandonné, mais le sort des actions n’est pas totalement scellé ». Par ailleurs, il indique qu’ils sont disposés à envisager avec l’Etat « des mesures d’accompagnement qui permettent de consolider la préférence nationale : dans le processus de privatisation et de libéralisation de notre économie ».

Birane Lo

(Source : Le Populaire, 7 Novembre 2009)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)