twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le droit à l’image souvent violé par les médias

vendredi 4 mai 2012

Le droit à l’image est souvent violé par les médias au Sénégal, a relevé le Dr Mor Faye, sociologue des médias et de la communication et enseignant à l’université Gaston Berger de Saint-Louis, interrogé par la Gazette sur la diffusion des images de l’exhumation des cadavres, suite à la tuerie de Keur Samba Laobé.

‘’Je pense que les médias sénégalais ont du chemin à faire en matière de diffusion d’images, parce que souvent, des gens qui sont dans une posture judiciaire sont montrés à la télévision ou en photo, alors qu’ils bénéficient du principe de la présomption d’innocence’’, a-t-il dit dans une interview parue dans le dernier numéro dudit magazine.

Le sociologue note qu’au Sénégal, ‘’il suffit simplement qu’on accuse quelqu’un de vol pour que son image soit diffusée sans la flouter’’.

‘’Beaucoup plus généralement, il faut respecter le droit à l’image’’, a-t-il estimé, rappelant que ‘’chaque personne est détentrice de son image et qu’on ne devrait pas la montrer dans certaines situations compromettantes’’.

‘’Si l’on prend le cas des personnes qui sont impliquées dans des histoires de crimes, de vols ou de banditisme et qui ne sont pas encore jugées, a-t-il indiqué, le fait de publier leurs images est une entorse au principe de la présomption d’innocence. Car tant que la justice ne s’est pas encore prononcée, il y a des images qu’on doit se garder de montrer.’’

Pour le sociologue, ‘’ce principe n’est pas respecté et parfois même on met la vie de ces personnes en danger ou on crée les conditions de leur marginalisation dans la société en montrant leurs images’’.

Il estime qu’il y a ’’des images qu’on doit se garder de montrer et, en l’occurrence, les images des cadavres exhumés qui n’apportent rien de plus par rapport au fait qu’il faut faire savoir au public qu’il y a eu des morts dans un mouvement religieux donné’’. ‘’Normalement, de simples photos auraient suffi’, a-t-il affirmé.

‘’ (…) il y a certaines choses comme les images de cadavres qui ne doivent pas être théâtralisées ou rendues spectaculaires, ne serait-ce que par respect pour la dignité des gens qui sont morts dans les conditions que nous connaissons’’, a-t-il dit en réaction à la diffusion des images de l’exhumation des cadavres des victimes de la tuerie de Keur Samba Lobé, le 22 avril dernier.

‘’Mais ce qu’on constate au Sénégal, c’est que, de plus en plus, on cherche à diffuser l’image qui choque’’, a-t-il regretté.

(Source : APS, 4 mai 2012)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)