twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le Sénégal finalise la mise en œuvre du protocole DNSSEC

jeudi 6 octobre 2016

Le Sénégal a finalisé la mise en œuvre du protocole DNS (Système de noms de domaine), à travers le NIC-Sénégal, structure en charge de la gestion des noms de domaine en ‘’.sn’’), indique un communiqué parvenu à l’APS.

‘’Après le Maroc (février 2016) et Madagascar (février 2016), le Sénégal est ainsi le troisième pays africain à achever cet important processus au cours de l’année 2016’’, note le texte.

Il précise qu’’’actuellement, près d’une quinzaine de pays africains ont finalisé la mise en œuvre du protocole DNSSEC (Domain Name System Security Extensions)’’.

Il souligne en outre que ‘’la sécurité de tout système dépend à la fois de la sécurisation de ses différentes composantes et des interactions entre celles-ci’’. ‘’Ce constat est aussi valable pour le DNS (Domain Name System), maillon clé du fonctionnement de l’Internet, car la quasi-totalité des services en ligne utilise des noms de domaine à un moment ou à un autre’’, ajoute-t-il.

Le DNS a été mis au point dans les années 80, dans un environnement où sa capacité à répondre aux besoins de performance et de résilience primait sur sa sécurisation. Avec le temps, la nécessité de mieux sécuriser le DNS est donc devenue une priorité pour tous ses acteurs.

La mise en œuvre ultérieure du protocole Domain Name System Security Extensions (DNSSEC) permet de limiter certains risques d’attaques informatiques comme l’empoisonnement de cache.

Le déploiement du protocole DNSSEC permet de déléguer des signatures et ainsi de bâtir une chaîne de confiance depuis la racine du DNS jusqu’aux noms domaine de premier niveau national comme le « .sn ».

Son implémentation par le NIC-Sénégal assure désormais à l’utilisateur final qui se connecte sur un site en « .sn » que le site web ou le service en question correspond effectivement à un nom de domaine régulièrement enregistré.

‘’Tous les problèmes de sécurité de l’Internet ne sont pas résolus pour autant, mais le protocole DNSSEC en protège une partie cruciale, à savoir la consultation d’annuaires’’, assure le communiqué.

Gestionnaire historique du ’’.sn’’, le NIC-Sénégal, de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, est l’office d’enregistrement désigné par l’État pour la gestion des noms de domaine sous « .sn » au service des domaines de premier niveau correspondant au territoire national sénégalais.

(Source : APS, 6 octobre 2016)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)