twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le RESTIC favorable a un changement pour le second tour des élections présidentielles du 25 Mars 2011

lundi 12 mars 2012

Le Rassemblement des Entreprises du Secteur des Technologies de l’Information et de la Communication, un trade group et organisation professionnelle de tous les métiers dans le domaine de l’innovation réaffirme son ancrage parmi les forces vives socio-économiques et professionnelles ayant participé aux assises nationales et appelle à un vote de ses membres en faveur du changement pour le second tour des élections présidentielles du 25 Mars 2011.

En effet le secteur des Technologies de l’information et de la communication souffre de dysfonctionnement handicapant lié a une recherche fondamentale et appliquée presque inexistante, a une désarticulation entre les ambitions toujours affichées par les autorités publiques actuelles de faire des TIC, des secteurs innovants des piliers de croissance et l’accompagnement adéquat, enfin d’un secteur de l’éducation et de la formation en crise perpétuelle et cyclique avec des curriculum sans corrélation avec les besoins réels dans les domaine pointus des Technologies de l’information et de la communication.

Le régime actuel a relégué l’expertise locale dans les Technologies de l’information et de la communication aux seconds rôles en les excluant systématiquement des projets structurants dans les TIC ainsi :

- Aucun capital national n’est présent dans l’actionnariat des operateurs mobiles ;

- Les projets d’informatisation de l’état sont gérés de manière opaque ;

- Le manque de fond de capital risque pour encourager les start - up locaux ;

- L’absence de transfert de technologie et de savoir faire dans les contrat signés par l’état.

Un nouveau régime issu du changement espéré au lendemain du 25 Mars 2011 devra arbitrer pour le maintien ou non des appels internationaux, relancer une concertation en vue d’impliquer effectivement l’expertise locale et le capital national dans les prochaines attributions de licences de télécom et redémarrer le service universel dans la desserte d’internet partout sur le territoire.

Aussi une émancipation des TIC passe par une réorganisation des curriculums dans l’éducation et la formation, la recherche – développement doit être soutenue et le statut des chercheurs revus et revalorisés.

Le RESTIC reste convaincu que le Sénégal avec une volonté politique réaffirmée peut effectivement tirer profit de l’économie numérique et des secteurs lies a l’innovation scientifique et technique si une politique soutenue et bien articulée est mise en œuvre pour hisser les TIC au rang de secteur transversal, générateur de productivité.

Le Bureau exécutif du RESTIC
Dakar le 12 mars 2012

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)