twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Le M-commerce gagne du terrain en Afrique

jeudi 29 janvier 2015

Ericsson a récemment lancé son rapport Consumer Lab (Laboratoire de la consommation) concernant le Mobile-Commerce (m-commerce) sur les marchés émergents en 2015. Le rapport s’intéresse aux attitudes des consommateurs envers l’adoption du commerce mobile dans les marchés émergents.

La conclusion majeure du rapport est qu’il y a une tendance commune qui se dégage dans les marchés émergeants : la perception selon laquelle le système bancaire n’est établi que pour les riches. Voici les 5 autres conclusions importantes des équipes d’Ericsson sur la question :

Une forte urbanisation : Selon le rapport, l’urbanisation s’accélère avec un nombre croissant de personnes dans les marchés émergents en mouvement partant des zones rurales vers les villes.

Une économie informelle : l’économie informelle est encore très présente dans les marchés émergeants et conduit à un revenu instable. En effet, la tendance est que les travailleurs dans les marchés émergents sont payés à l’heure ou à la commission.

Paiement en espèce : Payer en espèce est très courant dans les marchés émergeants mais n’est pas sans risque. En effet, l’achat de biens et le règlement des factures en argent comptant est commun dans ces marchés et offre la vitesse, la transparence et la capacité de négocier. Par contre, le payement en cash est une option rapide lorsque le client et le marchand sont sur le même lieu. Mais quand ils sont séparés, le processus est lent et peu pratique.

Des raisons d’utiliser le m-commerce : Parmi les raisons d’utiliser le commerce mobile pour les consommateurs dans les marchés émergents, il y a le potentiel de rapidité et de commodité concernant les services financiers mobiles. Il y a également la réduction du risque de se faire voler. Il est très important que les personnes aient un service qui soit fiable, sûre et rapide.

Les idées reçues : Le principal obstacle d’adoption est d’avoir de fausses idées sur le service. Les utilisateurs s’inquiètent au sujet des escroqueries potentielles ou menaces sur la sécurité de leurs informations. Beaucoup croient aussi qu’il faut être riche ou avoir un tant soit peu d’argent pour utiliser le service.

Concernant les statistiques sur l’utilisation du m-commerce dans les marchés émergeants, le rapport indique que 68 % de la population du Kenya ont effectué des services financiers sur leurs mobiles, suivi de 13 % en Afrique du Sud et de 12 % au Ghana.

(Source : Social Net Link, 29 janvier 2015)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)